Actu
Fin de la danse à la Monnaie de Bruxelles

Fin de la danse à la Monnaie de Bruxelles

17 décembre 2014 | PAR Nina Farge

Acculé par des plans d’austérité drastiques, Peter de Caluwe a du prendre des décisions dévastatrices. Afin de répondre aux restrictions budgétaires intenables, le directeur de la Monnaie de Bruxelles a annoncé la décommande de plusieurs productions musicales, ainsi que la fin pure et simple des spectacles de danse.

Le Ministre de tutelle de la Monnaie Didier Reynders avait accordé une exception culturelle à la maison d’opéra et de danse bruxelloise, réputée dans le monde entier. Intenables, les restrictions budgétaires (12% en 2008 et 4% supplémentaires en 2015) ont cependant mené son directeur Peter de Caluwe à l’impensable: ne plus donner de spectacles de danse, alors même que la Belgique peut s’enorgueillir de chorégraphes à la pointe comme Anna-Teresa de Keersmaeker ou Larbi Cherkaoui.

.

Larbi Cherkaoui
Larbi Cherkaoui

A la Monnaie, les économies n’épargnent personne: la réduction de la masse salariale, insuffisante à rétablir l’équilibre du budget, se redoublera ainsi d’une amputation sur l’offre artistique. Les décommandes concerneront dans un premier temps les productions musicales, avec notamment l’annulation de L’Opéra de quatre sous de Kurt Weil, qui devait être monté par Olivier Py en décembre 2015. Pas de cycle Monteverdi non plus l’année prochaine – P. de Caluwe souhaite en effet privilégier les oeuvres mobilisant l’orchestre du théâtre, et réduire au minimum les interventions extérieures.

.

Anna-Teresa de Keersmaker
Anna-Teresa de Keersmaeker

La ligne politique défendue par de Caluwe consiste à se recentrer sur le cœur de métier originel de la Monnaie: “Nous voulons absolument garder une maison d’opéra intégrale avec un atelier, un orchestre, un chœur”, a-t-il affirmé dans des propos relayés par La Libre. Quitte à opérer une fusion avec l’Orchestre National – une décision qui dépend du gouvernement.

C’est à ce titre que P. de Caluwe a annoncé la suppression des spectacles de danse, introduits sur le tard par Bernard Foccroule (1992-2007) dans l’institution. Seule la co-production en cours avec la troupe d’Anna-Teresa de Keersmaeker, Golden Hours sur la musique de Brian Eno, sera poursuivie. Larbi Cherkaoui, chorégraphe belge reconnu mondialement, a exprimé son indignation et sa tristesse dans La Libre. Pragmatique mais engagé et révolté par les décisions qui s’imposent à lui, de Caluwe avait publié une carte blanche en octobre dernier dans laquelle il détaillait les tenants et aboutissants délétères de ce « Black-out culturel ».

Visuels: Théâtre de la Monnaie de Bruxelles

Anna-Teresa de Keersmaeker

Larbi Cherkaoui

 

« Les Nombres » de Viktor Pelevine : le nouveau roman de l’enfant terrible des lettres russes
L’interview stroboscopique : DUEL
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture