Actu

Equi’Star : voltige et dressage au Salon du Cheval de Paris

Equi’Star : voltige et dressage au Salon du Cheval de Paris

01 décembre 2017 | PAR Sarah Reiffers

Dans le cadre du Salon du Cheval de Paris s’est tenue l’édition 2017 d’Equi’Star, un concourt de spectacle équestre amateur. Numéros de voltige, de dressage et de liberté se sont succédés pour un rendez-vous poétique et féérique, assuré par des groupes de passionnés qui ne manquent nullement de talent.

 

Ils ont 15, 16 ou 27 ans. Passionnés d’équitation et de spectacle, les douze candidats amateurs d’Equi’Star se produisent sur la carrière show du Salon du Cheval deux fois par jour depuis jeudi jusqu’à la demi-finale et finale ce week-end. Numéros de voltige, dressage ou liberté se sont succédés hier pour deux heures de spectacles équestres placées sous le signe du talent et de l’émotion.

Parmi les douze candidats, on retiendra la course folle de la Team 1920, numéro de voltige loufoque mis en scène dans le Paris des années folles. Ou la version tout en poésie de La Belle et la Bête donnée par la jeune Julie Beaudequin sur les musiques du dessin animé des studios Disney. Quand la bête est un âne engagé dans une danse en liberté et que le célèbre conte se transforme en une ode aux équidés.

Cette édition 2017 d’Equi’Star s’est également placée sous le signe du voyage. Direction le Far West avec « Et pour quelques dollars de plus », excellent numéro de poste hongroise par Luc Oberlin, tout juste 15 ans. Sur la célèbre musique d’Ennio Morricone, Luc et ses deux chevaux s’élancent dans l’ouest américain, enchaînant sauts et slalomes avec une touche d’humour bienvenue. Détour par le pays des rêves ensuite, avec le très beau numéro de dressage et semi-liberté « Un rêve d’enfants », tout en beauté et poésie. Passage par les Caraïbes enfin, aux côtés de Laura Speliers grimée en pirate pour l’occasion. Sur les musiques de Pirates des Caraïbes elle nous propose elle aussi un numéro de poste hongroise avec ses deux juments sauvées de l’abattoir. Des images d’océan et de pirates reprises par les étudiants de Firfol quelques minutes plus tard. Car de tout temps équitation et navigation ont été mis en parallèle, et cela sans véritable surprise : ils partagent les mêmes idéaux de liberté et d’évasion.

Visuels; Salon du Cheval de Paris

 

 

 

Infos pratiques

Une messe pour Johnny Hallyday le 6 décembre à Grièges
« Isola », une fable poétique pour revaloriser l’actualité
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *