Actu
Disparition de Gérard Violette, directeur historique du Théâtre de la Ville

Disparition de Gérard Violette, directeur historique du Théâtre de la Ville

25 septembre 2014 | PAR Megane Mahieu

Hier, à l’âge de 77 ans, s’est éteint le directeur historique du Théâtre de la Ville.

Ce n’était pas sur scène, mais derrière que Gérard Violette oeuvrait pour l’amour de l’art.
C’est 1967 que commence l’aventure du Théâtre de la Ville pour Gérard Violette, sous l’impulsion de Jean Mercure son directeur fondateur. Ensemble ils réinvestissent l’ancien théâtre Sarah Bernhardt, place du Châtelet, pour fonder ce qui sera cette institution qui perdurera et rayonne toujours au niveau international.

Pendant quarante ans, Gérard Violette contribue à l’épanouissement du Théâtre de la Ville et à sa riche programmation. D’abord en tant qu’administrateur général du théâtre de 1968 à 1985, puis cette même année Jacques Chirac le nomme directeur. En 2008, Gérard Violette prend sa retraite à contrecœur et cède sa place à Emmanuel Demarcy-Mota qui reste fidèle à la politique de son prédécesseur.

Tourné sur les créations de tout type (théâtre mais aussi musique de chambre et musique du monde), on doit surtout à Gérard Violette la reconnaissance de la danse contemporaine et la découverte en France de ses plus fervents représentants. Grâce à lui, les compagnies et les chorégraphes les plus prestigieux passèrent la porte du Théâtre de la Ville.
Ainsi il fut l’un des premiers à accueillir en France les magnifiques créations de Pina Bausch, sa plus grande fierté. Le Théâtre de la Ville devient alors un second foyer pour le Tanztheater Wuppertal et sa gracile résidente.
Gérard Violette a accompagné d’autres noms illustres : Mats Ek, Jiri Kylian, Llyod Newson, Merce Cunningham pour ne citer qu’eux.
Sa fidélité, proche de l’exclusivité, ses goûts spécifiques mis en avant dans la programmation et certains dysfonctionnements de gouvernance lui ont valu des critiques. Mais le monde du théâtre tout comme les spectateurs ne renieront pas cet héritage indélébile que laisse aujourd’hui Gérard Violette. Dans un communiqué, Emmanuel Demarcy-Mota, rend hommage à Gérard Violette « visionnaire engagé, homme attentif et passionné, bâtisseur toujours proche des artistes et de son équipe, ardent militant du service public, véritable novateur sans lequel la vie culturelle parisienne ne serait sans doute pas ce qu’elle est aujourd’hui ».

Visuel : ©capture d’écran

« Le requiem de Mozart », épisode 2 : Lorenzo, Laurence Equilbey, Süssmayr et la huitième mesure
Roger Rabbit selon Steve Cutts
Megane Mahieu

One thought on “Disparition de Gérard Violette, directeur historique du Théâtre de la Ville”

Commentaire(s)

  • Nous lui devons des moments culturels inoubliables…

    septembre 26, 2014 at 11 h 09 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture