Actu
Décès de Theodore Bikel, star de « Un violon sur le toit »

Décès de Theodore Bikel, star de « Un violon sur le toit »

12 août 2015 | PAR Elodie Schwartz

Il avait joué dans de nombreux films, séries TV et produit plusieurs albums de chansons juives. Véritable star du monde yiddish, Theodore Bikel s’est éteint le 21 juillet dernier à l’âge de 91 ans…

Triste nouvelle en ce mercredi 12 août 2015. Theodore Bikel, acteur, comédien mais aussi chanteur et compositeur d’origine autrichienne s’en est allé. D’après son agent, il serait mort le 21 juillet dernier dans un hôpital de Los Angeles. A 91 ans, il était considéré comme un géant du monde yiddish et était notamment connu pour son rôle dans la comédie musicale Un violon sur le toit ou il avait interprété plus de 2 000 le personnage de Tevye, chantant Ah si j’étais riche.

Né à Vienne le 2 mai 1924, Theodore Meil Bikel, dont le prénom lui avait été donné par son père en hommage au fondateur du mouvement sioniste, Theodor Herlz, a commencé sa carrière en Israel en intégrant la troupe de théâtre Habimah de Tel-Aviv en 1943. Dans l’obligation de fuir le nazisme qui s’installait en Autriche, sa famille s’installe en Palestine. Mais trois ans plus, il quitte le pays pour rejoindre Londres où il étudie à l’Académie Royale d’Art dramatique.

Diplômé, Theodore Bikel est repéré par l’acteur et metteur en scène Laurence Olivier qui lui propose de jouer dans Un tramway nommé désir (1947). Sa carrière se poursuit ensuite à New York : au cinéma, dans la chanson puis sur les scènes de Brodway. En 1959, il figure au casting de la comédie musicale La mélodie du bonheur dans laquelle il interprète le capitaine Georg von Trapp.

Au cinéma, on le retrouve dans The African Queen (1951) de John Huston avec Humphrey Bogart et Katharine Hepburn, et en 1958 il est nommé aux Oscars pour La Chaîne (The Defiant Ones) avec Tony Curtis. On citera également son personnage de Zoltan Karpathy dans My Fair Lady (1964), où il rencontre Audrey Hepburn. Acteur et comédien, Theodore Bikel était aussi un chanteur reconnu.

Polyglotte, Theodore Bikel était en effet capable de chanter dans 21 langues, rapporte JewPop. Très rapidement, il débute donc parallèlement sa carrière de folk singer pour le label Elektra en 1955. Il chante en yiddish, hébreu, anglais, allemand, russe, espagnol médiéval et même en zoulou. Parmi ses disques les plus célèbres, on retient : « Israeli Folk Songs », « Songs of Russia Old & New », « Sings Yiddish Theatre & Folk Songs ». Sans oublier « Ah si j’étais riche », chanson mythique de la comédie musicale Un violon sur le toit (1964) que Theodore Bikel a entonné plus de 2 000 fois dans le rôle de Tevye. Un spectacle qui a remporté neuf Tony Awards.

Véritable géant du monde juif, le regretté défunt était enfin un militant très actif. Sur le terrain, Theodore Bikel se battait pour la défense des Droits Civiques aux Etats-Unis ainsi que pour la cause juive. Il avait par exemple été arrêté en 1986 devant l’ambassade d’URSS à Washington pour avoir protesté contre la situation des dissidents juifs russes et avait soutenu les artistes israéliens en 2010 qui avaient refusé de se produire dans des implantations en Cisjordanie.

Artiste aux multiples talents, Theodore Bikel laisse derrière lui des oeuvres cultes ainsi qu’une famille dévastée par la douleur.

Visuel : © Wikipédia

Que faire un 15 Août à Paris ?
Les nuits interceltiques de Lorient : le monde celte gravite autour de l’astre festival
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *