Actu

Décès de Jacques Sauvageot, l’un des leaders de Mai 68

Décès de Jacques Sauvageot, l’un des leaders de Mai 68

30 octobre 2017 | PAR Sarah Reiffers

Jacques Sauvageot, figure discrète mais emblématique de Mai 68, est décédé samedi dernier des suites d’un accident de la circulation en septembre, a annoncé hier l’Institut Tribune Socialiste, dont il était le secrétaire général.

Il était l’une des trois figures de Mai 68, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit et d’Alain Geismar. Mais contrairement à eux, il refusa tout vedettariat lié aux commémorations de Mai 68, préférant toujours la discrétion.

Licencié de lettres et d’histoire de l’art, Jacques Sauvageot entre au bureau national de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) dès juillet 1967, avant de devenir vice-président, puis président par intérim, du Parti socialiste unifié (PSU). Il fait partie de militants arrêtés à la Sorbonne le 3 mai 1968, avant de devenir l’un des leaders du mouvement. Par la suite, il continuera sa carrière dans la politique en tant que secrétaire général et animateur de l’ITS.

Jacques Sauvageot était également un grand passionné d’art et de culture. Il fut notamment le directeur de l’école régionale des Beaux-Arts de Rennes de 1989 à 2009, où il créa l’Association des directeurs d’écoles d’art.

«Il nous manquera face aux interprétations réduisant 68 à une « révolution culturelle », et aux « exemples » de quelques dizaines « d’anciens » soixante huitards qui auraient « réussi » » , peut-on lire sur le communiqué publié par l’ITS. «Jacques était tout l’inverse de cela, avec son absence d’ambition égocentrique, attaché qu’il était avant tout à une autre ambition, celle des projets collectifs auxquels il participait, qu’il contribuait à initier, avec dévouement, et aussi avec exigence d’une fidélité, non aux mythes et aux légendes, mais à l’examen et à la restitution des réalités».

Visuel: Flickr

 

Saâdane Afif, Jacques Charlier et quatre ethnographes imaginaires sont à suivre dans leurs jeux de langue et de forme à La Panacée.
Ghislaine Gouby, Directrice des Scènes du Golfe, Vannes-Arradon : « Programmer, c’est acter »
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *