Actu
Décès de Frédéric Bonnemaison, le créateur de Entre cour et jardins

Décès de Frédéric Bonnemaison, le créateur de Entre cour et jardins

23 février 2021 | PAR Lise Ripoche

Frédéric Bonnemaison est décédé le 13 février, à l’âge de 69 ans. Il était le créateur et l’âme du célèbre rendez-vous festival Entre cour et jardins, qui venait de célébrer son 20 ème anniversaire. 

Originaire de l’Yonne, la vie de Frédéric Bonnemaison s’est partagée entre les grands horizons—ayant suivi sa femme Sophie Claudel de Londres à New York alors que celle-ci assurait une mission d’attachée culturelle de l’ambassade de France—et les paysages bucoliques, intimes du pays dijonnais. Un entre deux comme un pas de danse, agile entre son travail d’universitaire spécialisé en économie et sa passion pour les arts. De celle-ci naît en 2000 le festival Entre cour et jardins, dans le prolongement d’un autre rendez-vous culturel créé quelques années auparavant et intitulé « Des artistes dans le jardin » et qui se déroulait déjà dans les jardins du château de Barbirey-sur-Ouche. 

En 20 ans, le festival croît jusqu’à devenir le rendez-vous incontournable et accessible à tous du spectacle vivant contemporain. « Entre cour et jardins », Frédéric Bonnemaison sort la performance des salles dans lesquelles elle se confine pour faire danser le paysage. En 2019, le festival avait célébré alors sa 20e édition. À cette occasion, Frédéric Bonnemaison avait passé la main au Centre de développement chorégraphique national (CDCN) Dijon-Bourgogne-Franche-Comté, dirigé depuis janvier 2019 par Frédéric Seguette. Celui-ci témoignait dans son interview pour Toute la Culture de l’évolution de ce festival en un réel manifeste « hors les murs », d’une « danse située ». Ce qui était au départ avant tout l’œuvre d’un amateur, de belles rencontres et d’une dose d’ingéniosité est devenue une forme à part entière de penser la danse, en accord avec le patrimoine architectural et naturel. 

Frédéric Bonnemaison fût l’un de ces amateurs à qui l’art doit beaucoup, grâce à son engagement sincère auprès de la jeune création et des artistes. 

 

crédit visuel: ©Laetitia Larralde

« Ex Africa », renverser le regard sur l’art africain
Etienne Daho fait entrer la marinière au musée
Lise Ripoche

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture