Actu
Décès de Francesco Rosi

Décès de Francesco Rosi

12 janvier 2015 | PAR Matthias Turcaud

Le réalisateur italien Francesco Rosi a tiré sa révérence samedi 10 janvier à l’âge de quatre-vingt-douze ans. S’il a réalisé une adaptation de l’opéra de Bizet Carmen en 1984, il restera surtout dans les annales pour avoir développé et mis à l’honneur le genre du film-dossier, mélange de prises de vues réelles et d’images d’archives mêlant enquête policière et appui sur une réalité sociale ou économique, à la manière d’un Costa-Gavras. 

Contrarié dans son désir de cinéma par son père qui ne souhaitait pas le voir embrasser cette voie, Francesco Rosi se sera d’abord un peu éparpillé, entre des études de droit – dont on peut juger qu’elles ne sont pas pour rien dans son goût pour l’enquête -, ainsi que divers métiers avec lesquels il commence à gagner sa vie : illustrateur de livres pour enfants, marionnettiste, animateur de radio, metteur en scène de théâtre.

S’il se rattache dans un premier temps au mouvement du néo-réalisme en commençant comme assistant de Luchino Visconti sur La Terre Tremble (Episodio del mare, 1948), il s’en distanciera plus tard en creusant son propre sillon, très original dans un cinéma italien marqué par le néo-réalisme cité et la comédie – souvent noire et féroce.

Ce sillon, ce sont des films bien ancrés dans le réel, investis d’un souci du politique et tenant souvent le spectateur en estime, lui proposant de comprendre des affaires complexes – telle celle de la mort du bandit Salvatore Giuliano, objet de son troisième long-métrage (1960), celle d’une spéculation immobilière véreuse dans Main basse sur la ville (Le mani sulla citta) – Lion de l’Or de la Mostra de Venise en 1963 -,  ou encore L’Affaire Mattéi (Il Caso Mattei, 1971) sur le décès non élucidé du patron de la pétrochimie italienne démocrate chrétien de gauche qui lui vaut la Palme d’Or ex-aequo avec La Classe ouvrière va au paradis de son compatriote Elio Petri, avec lequel il présente des points communs.

Crédit photo : creative commons

Dieudonné risque sept ans de prison ferme pour apologie du terrorisme
Golden Globes 2015
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

One thought on “Décès de Francesco Rosi”

Commentaire(s)

  • Avis de décès.com ADD

    Un grand hommage à Francesco Rosi, ce grand réalisateur italien de renom. Ses études de droit montrent effectivement sa passion pour l’enquête.

    janvier 13, 2015 at 16 h 01 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture