Actu

« Daech, naissance d’un Etat terroriste », le documentaire pertinent mis en ligne par Télérama

« Daech, naissance d’un Etat terroriste », le documentaire pertinent mis en ligne par Télérama

19 novembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Nous la vivons, nous sommes tous concernés, d’autant plus après les récents événements. Et pourtant, la terreur insufflée par Daech est difficile à cerner, à comprendre. La population manque d’informations claires, d’explications sur cette organisation. Et difficile de l’appréhender en se lançant dans ses propres recherches, au vu de la complexité de ce réseau qui se veut aujourd’hui Etat. C’est prenant cela en considération que Télérama nous propose aujourd’hui un documentaire en ligne sur le sujet, nous donnant ainsi accès aux informations nécessaires à la compréhension du fonctionnement de Daech. Un travail pertinent et horrifiant.

Ce documentaire réalisé par Jérôme Fritel pour Arte fait partie de la sélection du journal Télérama, mise en ligne après les attentats du 13 novembre pour mieux comprendre, le pourquoi du comment de Daech. Le documentaire est disponible sur le site du magazine. Il est nécessaire d’avoir quelques connaissances de base sur le sujet pour comprendre pleinement le documentaire. Si ce n’est pas votre cas, vous pouvez toujours visionner cette vidéo du Monde de sept minutes, qui permet de connaître l’essentiel.

Loin de se donner la prétention de pouvoir analyser la mécanique d’un tel comportement intellectuel et spirituel, le documentaire se concentre sur le mode de fonctionnement de l’organisation terroriste : comment fait-elle pour se financer, pour s’étendre géographiquement, pour se procurer autant d’armes, et pour asservir des populations ? Pour cela, Jérôme Fritel a fait le choix de remonter aux origines de Daech, encore avant l’auto-proclamation de l’organisation. Connaître la genèse, pour mieux appréhender l’essence du phénomène. Ainsi, le documentaire débute avec les images des attentats du 11 septembre, et donc, Al Qaïda, la véritable source de Daech, puisque l’Etat auto-proclamé est constitué d’anciens membres du réseau de salafistes, qui se sont rencontrés dans les prisons américaines d’Irak, foyer de radicalisation. « C’est très dur, dans un gouvernement djihadiste, d’arriver à un poste à responsabilité si vous n’avez pas déjà fait de la prison« , nous dit-on. Pour comprendre la formation de ce groupe, le réalisateur fait appel à deux types de témoignages : des experts comme Romain Caillet, chercheur au Centre français du Proche-Orient de Beyrouth, et spécialiste reconnu des mouvements islamistes, mais également des personnes ayant eu à travailler, consciemment ou non, pour le groupe terroriste. Une dialectique extrêmement intéressante, qui permet d’avoir le point de vue lucide, objectif et raisonné nécessaire aux propos, mais aussi un regard de l’intérieur qui ne dénonce pas les mêmes choses, ou, tout au moins, pas de la même façon, sans pour autant tomber dans le misérabilisme, ce qui n’est pas aisé étant donné la situation.

Au fur et à mesure que le documentaire avance, l’horreur de Daech se fait de plus en plus ressentir, sans voyeurisme aucun. Simplement le fait de comprendre, de réaliser à quel point l’organisation est ancrée, solide, et surtout, de se voir exposer clairement leurs méthodes dans tous les aspects de leur colonisation est terrible. Et pourtant, plus que nécessaire. Si la majorité de ce reportage est centré sur son idéologie, ses actions financières, et ses stratégies politiques, nous comprenons qu’il n’y a une seule chose sur laquelle se repose toujours Daech : la misère du peuple, perdu dans une guerre sans fin, tant religieuse que politique. L’impensable vérité que nous connaissons pourtant tous prend alors forme par les faits, images, chiffres et témoignages.

Ce documentaire est donc une excellente réalisation de Jérôme Fritel, qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, trouve son équilibre dans la nuance. Sans minimiser l’ampleur de Daech et la souffrance des populations, ni tendre vers l’excès inverse, il sert admirablement son propos. Une réalisation véritablement éclairante, de laquelle on ressort sans savoir si elle était plus passionnante ou horrifiante.

VISUELS : © image officielle

[Tour de web] Ces morts qui nous ressemblent
Box-office France semaine : 2,2 millions d’entrées pour James Bond avec Spectre et succès de Patrick Bruel
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *