Actu
Conflit des intermittents, l’Etat nomme un médiateur

Conflit des intermittents, l’Etat nomme un médiateur

08 juin 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ils attendaient le ministre du travail en personne. Un médiateur est nommé. Manuel Valls a demandé à François Rebasmen et à la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti de lancer une mission de propositions. Jean-Patrick Gille, le député PS d’Indre et Loire est un spécialiste du dossier, mais arrive-t-il trop tard ?

10441210_10152960222446164_2142002064670816190_n

Déjà 7 jours que le Printemps des Comédiens ne joue pas. La grève est reconduite tous les jours. A l’origine de la colère, une opposition très forte à l’accord UNEDIC du 22 mars qui vise à revoir le statut en imposant aux intermittents du spectacle des délais supplémentaires de carence de paiement.
Face à la montée en puissance du mouvement, on a vu cette semaine plus de 60 directeurs de festivals et lieux culturel envoyer une lettre au gouvernement, l’Etat vient de sortir du silence.

Dans le même temps le ministre du travail a déclaré sur le plateau du Grand Journal du 5 juin « Oui je vais agréer la convention de l’UNEDIC et en particulier les annexes 8 et 10 sur le régime d’indemnisation des intermittents ».

La date de 2003 est dans tous les esprits. Une vague noire d’annulation de tous les festivals d’été se profile. Face à l’idée du pire, Jean-Patrick Gille fait figure de chevalier. Il a en charge « Une mission de propositions » à rendre avant le 1er juillet, date de signature prévue de la convention. L’homme fut en 2013 rapporteur de la mission parlementaire sur les conditions d’emploi dans les métiers artistiques. Jean-Patrick Gille va travailler et vite. Par communiqué son ordre de mission a été dévoilé :
 » -Evaluer, en mobilisant toutes les expertises disponibles, les effets réels des évolutions de paramètres des annexes 8 et 10 prévues par l’accord sur l’assurance chômage du 22 mars 2014 en cours d’agrémment, dans le contexte général de l’intermittence,

-Formuler des propositions pouvant répondre aux difficultés qui seraient -le cas échéant- identifiées à l’issue de cette analyse,

-Proposer une méthode pour la concertation tripartite Etat-syndicats-patronat prévue par l’accord sur les moyens de lutter contre la précarité dans les secteurs concernés par les annexes 8 et 10. Cette concertation devra s’engager dès cet été. »

Les syndicats eux n’accueillent pas d’une façon positive cette tardive nomination. Une comédienne affiliée au CIP-IDF parle de « poudre au yeux ».

Visuel ©CIP-IDF

Le dossier de la rédaction

Le secret de l’éther n°1 d’Alex Alice
Chiharu Shiota tisse le fil de nos mémoires intimes galerie Templon INTERVIEW
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *