Actu
Centre Pompidou x Jersey City : l’utopie Beaubourg en Amérique

Centre Pompidou x Jersey City : l’utopie Beaubourg en Amérique

08 juin 2021 | PAR Rudy Degardin

Né de la collaboration entre Jersey City et le Centre Pompidou, un nouveau lieu culturel ouvrira ses portes en 2024 aux Etats-Unis. Pour mieux comprendre le projet, Toutelaculture a eu l’occasion d’interroger Matthieu Potte-Bonneville, directeur du développement culturel au Centre Pompidou. 

Qui a dit qu’un musée n’avait que quatre murs ? Aujourd’hui, le Centre Pompidou ne cesse de défier les lois de la physique en dépassant l’horizon du plateau Beaubourg. Présent à la fois à Metz, Malaga, Shanghai et Bruxelles, la célèbre institution parisienne se démultiplie partout dans le monde.

Ce vendredi 4 juin, la municipalité de Jersey City et le musée ont annoncé conjointement l’ouverture pour 2024 du « Centre Pompidou x Jersey City ». Comme son nom l’indique, il ne s’agit non pas d’une nouvelle antenne mais d’une collaboration. Le Centre Pompidou prête son nom, certaines œuvres de sa collection, son expertise, et en échange, la municipalité donne une rétribution annuelle mais prend aussi en charge les coûts de rénovation et d’exploitation du bâtiment.

L’exportation d’un modèle ?

À son ouverture, en 1977, le Centre Pompidou a fait une entrée fracassante dans le paysage parisien. Mais aujourd’hui, plus besoin de faire une proposition architecturale originale pour s’imposer aux yeux du public. Fort de sa réputation, le nouveau Centre prendra place dans le Pathside Building, une ancienne gare de tramway du début du XXème siècle. Mais le choix d’un tel lieux n’est pas anodin. Pour Matthieu Potte-Bonneville, directeur du développement culturel du Centre Pompidou, il ne s’agit pas ici « d’imposer un modèle français » aux Etats-Unis. Il faut davantage parler d’un « travail sur-mesure » afin de s’adapter aux particularités de l’environnement local.

Cependant, Jersey City est, comme beaucoup de banlieues new-yorkaises, une ville en voie de gentrification. Après la Goldman Sachs Tower, le Centre Pompidou x Jersey City va-t-il devenir le symbole de cette transformation de la ville, au départ populaire ?

S’adapter plutôt que s’imposer

Matthieu Potte-Bonneville nuance : « Jersey City est dans une position assez particulière. C’est à la fois une ville qui est en train de conquérir son statut de nouveau quartier de New York mais en même temps qui tient à son identité spécifique [avec une forte communauté afro-descente et asiatique] ». Ainsi, il affirme : « qu’il ne s’agit pas d’établir une annexe de la scène new-yorkaise, qui est déjà pléthorique, mais de définir une proposition pour la ville ».

Le futur musée compte s’appuyer sur les artistes locaux et émergents. À l’image de Shantell Martin, une artiste de la ville qui, sur Twitter, se réjouit par avance de la réhabilitation du bâtiment.

Tout comme le Centre Pompidou parisien, véritable succès populaire, ce nouveau lieu a aussi pour vocation de s’adresser à un large public.

Une utopie devenue réalité

Finalement, nous assistons ici à la victoire de l’utopie Beaubourg. Ce lieu de tous les possibles, imaginé après mai 68 à Paris, qui se diffuse à présent partout dans le monde. Véritable modèle, l’institution a réussi à imposer son idéal de pluridisciplinarité et de démocratisation de la culture. Finalement, n’est-ce pas cela, le musée universel ? Un lieu qui combine à la fois les spécificités locales tout en s’adressant au plus grand nombre. Si universalisme il y a, reste à savoir comment la société américaine, souvent critique de cette vision très française, accueillera le nouveau musée. 

Visuel : Vue 3D de la façade © OMA

Anne Teresa de Keersmaeker : Bach again
Sur les pas de Jean de La Fontaine
Rudy Degardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture