Actu

Bilan de la 73e édition du Festival d’Avignon

Bilan de la 73e édition du Festival d’Avignon

23 juillet 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Olivier Py a réuni la presse et le public ce matin dans l’élégant jardin de la Rue de Mons. Il a largement salué la ferveur du public de cette 73e édition. Il a également fait taire la rumeur selon laquelle Jean Bellorini ouvrirait, dans la Cour, le prochain festival.

 

« Le public, le public, le public »

« C’est lui qui est le sens même du Festival d’Avignon. Ne pas penser que l’inscription du Festival d’Avignon comme service public est dans le marbre »

Olivier Py commence donc par saluer l’engouement indéniable du public. Et c’est vrai qu’on l’aura vu souvent debout. Parfois même en rupture intellectuelle avec les pros. A nous l’Europe, banquet des peuples en est l’exemple parfait. Étrillé par la critique et salué par les spectateurs. Il y a eu tout de même des enthousiasmes communs, comme Outside de Kirill Serebrennikov. Lors de cette édition, il faut saluer la présence pour la première fois d’artistes chinois comme Meng Jinghui et, de façon posthume, Ren Hang.

« C’est au festival qu’on découvre les noms de demain, c’est une éternelle histoire et je suis ravi que l’on continue de la vivre » affirme le directeur du Festival. Là dessus, on peut émettre quelques doutes. Les noms de Pascal Rambert, d’Akram Khan, Wayne McGregor, François Gremaud, Salia Sanou pour ne citer qu’eux ne sont en aucun cas des découvertes. En revanche, sur le fil, la découverte de Tommy Milliot est une vraie révolution. Olivier Py salue l’aura du Festival d’Avignon, plus intense, selon lui, que la saison parisienne.

Le festival a suivi son fil rouge, l’Odyssée et a vu naître un autre angle, celui-là très nourri, notamment dans le bijou Architecture, le lien entre la grande histoire et l’intime.

Concernant le taux de remplissage, il est stable par rapport aux années précédentes.  109 493 billets à la vente avec un taux de fréquentation de 95,5%. Le sujet a donc été survolé.

On n’est pas encore au temps des adieux 

Pour son avant-dernier festival, Olivier Py tissera un fil rouge qui sera Eros et Thanatos. Le corps sera mis en question à l’heure d’une « médiologie tout à fait nouvelle ». Nous l’avons questionné sur son rapport à la danse. Il nous a répondu franchement: « J’ai envie de ne pas avoir de rapport de chapelle en matière de danse. Je peux proposer des danses néo-classiques comme de la non-danse. Je choisis le propos, pas simplement les grammaires du geste. La danse, même quand elle ne parle pas, parle quand même. »

A l’heure actuelle, on ne sait pas quelles seront les dates du festival. Le budget ayant été légèrement indexé, on sait qu’il ne sera pas plus court. On ne sait pas non plus qui ouvrira le Festival, on sait juste que la rumeur mettant l’ouverture du 74e dans les mains de Jean Bellorini est infondée, cela ne veut pas dire que le nouveau directeur de l’iconique TNP ne sera pas programmé au Festival, ni même qu’il ne sera pas dans la Cour.  Suspens!

A l’année prochaine.

Visuel : ©ABN

 

MAD de Paris : Olivier Gabet devient Directeur général adjoint !
Avignon OFF 2019 : la guerre de Troie (en moins de deux!) au théâtre des Halles
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *