Actu

BHL ne séduit pas : déprogrammation de sa pièce Hotel Europe

BHL ne séduit pas : déprogrammation de sa pièce Hotel Europe

15 octobre 2014 | PAR Megane Mahieu

Malgré l’importante médiatisation de sa pièce Hôtel Europe, Bernard-Henri Lévy se voit déprogrammé du Théâtre de l’Atelier. 

L’aventure partait relativement bien : BHL, personnalité ultra médiatisée, écrit une pièce mise en scène par Dino Mustafic avec pour star Jacques Weber, grande figure du théâtre qui y monologue pendant près de deux heures. Hôtel Europe a des résonances autobiographiques, et c’est en partie ce qu’on semble lui reprocher : un homme seul dans une chambre d’hôtel à Sarajevo, a précisément deux heures pour écrire un discours sur le futur de l’Europe. Vagues réminiscences de BHL qui a souvent été sur le terrain, militant farouche pour la Bosnie, quitte à être la risée du public. Ont même assisté à ces représentations François Hollande, Manuel Valls et même Nicolas Sarkozy qui fut un temps en froid avec l’auteur de la pièce. 

Pourtant la pièce n’a pas su séduire : contacté par Toute la Culture, le théâtre de l’Atelier annonce l’arrêt définitif de la pièce pour le 16 novembre soit près de deux mois avant la date initiale.

Dans un communiqué adressé à la presse, est précisé : « Madame Laura Pels et le Théâtre de l’Atelier s’honorent d’avoir fait le choix de présenter un spectacle qui aborde des questions politiques essentielles et remercient Jacques Weber et Bernard Henri Lévy de défendre Hôtel Europe avec panache et enthousiasme en dépit des attaques d’une rare virulence dont la pièce a fait l’objet. »  Il suffit de lire la section « la presse en parle » concernant Hôtel Europe sur le site de L’Atelier pour se rendre compte que les critiques n’ont pas été dithyrambiques. Faute d’éloges de la part de la presse, les miscellanées se concentrent sur des extraits d’interviews données par BHL, Weber ou Dino Mustafic. Concernant l’extrait tiré d’un article du Nouvel Obs, il suffit de le lire dans son entièreté pour se rendre compte qu’il propose une vision plus factuelle de la pièce.

Patrick Roegiers, écrivain, s’est fait l’un des rares défenseurs de la pièce via Le Figaro où il écrit :  » L’acteur lève les bras et soulève l’enthousiasme. Le public debout ovationne l’acteur en nage qui salue, épuisé, vieilli de cent ans. Et applaudit l’auteur en même temps. » Il semblerait que n’ait pas vu le même spectacle Fabienne Pascaud, journaliste pour Télérama qui parle elle d’une « autopromo grotesque » où « s’alignent niaiseries et poncifs politiques à grand renfort de références historiques ». Le Monde titre lui « un one-man-Bosnie-show » signé par « le roi BHL ».

Attaques contre la pièce ou contre son auteur? En plus de cette question, la déprogrammation de Hôtel Europe semble aussi mettre en lumière la différence entre théâtre public et théâtre privé : alors que le premier laisse sa chance aux œuvres et aux artistes, même lorsque le public peine à venir, il semblerait que le secteur privé fasse passer la rentabilité avant tout.

visuel : ©wikipedia ©Marc Roussel

La sélection cinéma de la semaine du 15 ocotbre
Le magicien et la funambule d’Elsa Oriol
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *