Actu
Au lycée, les options artistiques sont menacées

Au lycée, les options artistiques sont menacées

17 février 2021 | PAR Lise Ripoche

Dans le cadre des réformes pédagogiques, les options artistiques sont reléguées au rang de « bonus », ce qui ne manque pas de faire terriblement écho à cette période dans laquelle la culture demeure jugée « non essentielle ». Cette marginalisation de l’enseignement artistique est dénoncée autant par le corps enseignant que par les acteurs du secteur culturel, au nom de l’égalité de l’accès à l’art. 

Faisant suite à la tribune « L’art n’est pas un bonus » rédigée à l’initiative d’enseignants du lycée Sophie Germain à Paris, l’Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion) fait aujourd’hui paraître un texte intitulé « Non à la fermeture des options artistiques au lycée. » Le tableau de la situation actuelle et à venir que dresse ceux-ci est effrayant. « Les enseignements optionnels artistiques sont en train de disparaître?: le nouveau baccalauréat les marginalise et ils sont les premières victimes de la diminution des heures allouées aux établissements. Or, ils accueillent un grand nombre d’élèves, et surtout s’adressent autant aux élèves de l’enseignement général qu’à ceux de l’enseignement technique, pour lesquels ils représentent le seul accès à l’art et à la culture. »

Derrière l’illusion de liberté que confère les réformes de l’enseignement au lycée, ce que celles-ci participent à causer en réalité est la marginalisation des matières moins traditionnelles. Dès le lycée, on enjoint l’étudiant non seulement à choisir mais aussi à se spécialiser. Dans le cas des options artistiques, la situation est encore plus menaçante, car il revient au lycée de choisir ou non s’il en proposera parmi les parcours d’enseignement. L’option artistique devient dès lors un simple « bonus », renforçant ainsi la disparité dans l’accès de la jeunesse à un enseignement permettant d’aborder la culture. En effet, ce que semble ratifier d’évidence cette dévalorisation de la place des options artistiques dans les lycées est l’inégalité de l’accès à la culture. Dans sa lettre ouverte en soutien à la tribune « L’art n’est pas un bonus », l’Acid écrit: « alors que les pratiques culturelles des plus jeunes sont en phase de transformation radicale » (…) « Cette disparition annoncée, pour une offre de spécialité qui touchera un public beaucoup plus restreint, force les élèves les plus éloignés du monde de la culture à s’en passer complètement. Ceci constitue une grave mise en danger de l’accès à toutes et tous à la culture et de la formation des regards. » 

En effet, l’enjeu sous-jacent d’une telle disparition progressive des enseignements artistiques au lycée est le renforcement des inégalités d’accès à la culture, l’ébauche d’une frontière de classe infranchissable.« L’enseignement du cinéma crée des spectateurs, des esprits libres et ouverts sur le monde » est-il écrit dans la tribune, soulignant ainsi cette perte sans mesure que représenterai la fin des options artistiques. 

crédit visuel: L Larralde/ TLC

Roselyne Bachelot refuse de destituer Dominique Boutonnat
« Memoria », matière à construire l’Histoire
Lise Ripoche

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture