Actu
Alain Altinoglu, nouveau directeur musical de la Monnaie de Bruxelles

Alain Altinoglu, nouveau directeur musical de la Monnaie de Bruxelles

03 septembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

A même pas quarante ans, Alain Altinoglu, l’un des chefs d’orchestre les plus demandés à l’international peut se réjouir : mercredi, la Monnaie de Bruxelles l’a promu directeur musical. Un titre largement plébiscité par tous les grands du métier et qu’il devra assumer à partir du 16 janvier 2016.

Si la place de directeur musical de la Monnaie de Bruxelles a été vacante pendant un an, elle est désormais occupée par le talentueux Alain Altinoglu. Il succèdera alors au français Ludovic Morlot qui avait posé sa démission en décembre 2014. L’ancien directeur révèle qu’il n’avait pas réussi à « partager une vision artistique commune avec l’orchestre ». 

Bien que l’artiste soit familier de la Monnaie pour l’avoir dirigée à quelques reprises ces dernières saisons, notamment pour l’opéra Cendrillon en 2011, son retour à un poste officiel ne s’annonce pas des plus aisés. En effet, il récupère un orchestre qui se remet difficilement du départ de Kazushi ono, ancien directeur et qui, depuis, multiplie les conflits avec ses successeurs. Par ailleurs, il devra se plier à certaines contraintes budgétaires puisque le gouvernement fédéral belge a, depuis un an, imposé un programme d’austérité, obligeant la fameuse salle d’opéra à limiter ses productions.

Une pression palpable pèse donc forcément sur les épaules d’Alain Altinoglu. Mais le chef d’orchestre dont la réputation n’est plus à faire semble avoir les épaules pour répondre aux immenses attentes des aficionados de la musique. Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il a vu sa carrière décoller en travaillant, par exemple,  pour le Chicago Symphony ou encore le Philadelphia Orchestra. Sa pugnacité devrait alors triompher d’une coupe budgétaire et d’un orchestre récalcitrant. On lui souhaite, en tout cas, patience et hardiesse.

Visuel : ©Fred Toulet

[Interview] Rencontre avec Gérard Garouste dans son atelier parisien
[L’Étrange Festival] Ouverture avec le flirt un peu trop risqué de « Brand New U »
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *