A l'affiche
Agenda cinéma de la semaine du 30 mars

Agenda cinéma de la semaine du 30 mars

30 mars 2022 | PAR Lison Rabot

Au programme de cette nouvelle semaine cinéma, la rédaction vous propose un voyage à travers le monde, dans les coulisses des élections présidentielles mais aussi au fin fond de votre intériorité. 

Aristocrats 

La réalisatrice japonaise Yakido Sode présente enfin au grand public son troisième long métrage Aristocrats, adapté d’un roman de Mariko Yamauchi. Suivant la vie de désirs de l’héroïne Hanako, la caméra de Sode ausculte la place des femmes dans la société nippone d’aujourd’hui, prisonnières d’un schéma de vie prédéterminée par leur classe sociale. Toujours célibataire à 30 ans, ce qui déplait à sa famille riche et traditionnelle, Hanako croit enfin avoir trouvé l’homme de sa vie mais elle découvre rapidement qu’il tient une relation ambiguë avec une autre femme, Miki. Malgré le monde qui les sépare, les deux femmes vont devoir se rencontrer pour tenter d’appréhender un avenir plus vrai dans un Tokyo cloisonné de l’intérieur. 

Le monde d’hier

À moins de 15 jours du premier tour des élections présidentielles en France, le réalisateur français Diastème, Patrick Asté de son vrai nom, nous livre un film ancré dans le monde stratège de la politique. La Présidente de la République, interprétée par Léa Drucker, renonce à se représenter une nouvelle fois. Mais à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, elle apprend par son Secrétaire Général qu’un scandale venant de Russie va nuire à son successeur républicain désigné et donner la victoire au candidat d’extrême-droite. Ils ont trois jours pour changer le cours de l’Histoire, et c’est assez effrayant.

Retour à Reims 

Le film documentaire de Jean-Gabriel Périot s’introduit dans les provinces françaises pour raconter l’histoire de ces hommes et ces femmes marqué par la pauvreté « nous, les ouvriers ». À travers le texte de Didier Eribon interprété par Adèle Haenel, Retour à Reims (Fragments) raconte en archives une histoire intime et politique du monde ouvrier français du début des années 50 à aujourd’hui. 

Azuro

Matthieu Rozé s’engage pour son premier long métrage à adapter  Les Petits chevaux de Tarquinia de Marguerite Duras. Un récit de plage, étouffé par la chaleur de l’été mis en scène dans un village italien, coincé entre la mer et la montagne. Des amis pensant se connaître sur le bout des doigts finissent par se rencontrer à nouveau, d’abord par ennui puis par désir. Plongés dans l’atmosphère délirante du néant, les personnages se laissent infuser de l’air estival, se libèrent et font la découverte de désirs enfouis. 

En Thérapie (série)

En Thérapie inspirée du concept de la série israélienne Betipul imaginée par Hagai Levi est de retour sur Arte dès ce 30 mars. Eric Toledano et Olivier Nakache proposent d’approfondir l’expérience de la psychanalyse, entourés d’une toute nouvelle équipe de réalisation et d’un casting inédit (Charlotte Gainsbourg, Jacques Weber, Eye Haïdara…). Après une première saison centrée autour du trauma sociétal causé par les attentats du 13 novembre 2015, c’est sur fond de pandémie mondiale, à la sortie du premier confinement, que se tiennent les séances. Face au thérapeute aussi investi que vulnérable interprété par Frédéric Pierrot, les comédiens exposent avec justesse leurs histoires personnelles, et le reflet d’une société fragilisée. 

Festival International Music & Cinema

Cette année c’est à Marseille que se déroulera, du 4 ou 9 avril, le Festival International Music & Cinema (MCM). Pour cette 23e édition, le programme se veut innovant et stimulant, tout en maintenant son emblématique ton d’excellence, avec des invités d’honneur comme Dominique Blanc,  la chanteuse Imany ou encore Nainita Desai. Comme chaque année, la jeune création cinématographique et la composition musicale pour l’image seront mises à l’honneur et célébrées lors de divers évènements : compétitions, masterclass, ciné-concerts, débats et bien plus. Ce ne sont pas moins de 10 long métrages « en quête de diversité » et 63 court métrages  provenant de 29 pays en compétition cette année pour nous faire vivre toujours plus d’expériences visuelles et auditives. Côté musique, en partenariat avec le label Chinese Man Record, le MCM propose un menu d’une réelle pluralité culturelle avec des concerts et dj sets de qualité pour assurer des moments de danse et de partage au coeur de la cité phocéenne.

Plus d’informations ici.

©affiche du festival MCM, Marseille.

Festival CINÉLATINO 

La Cinémathèque de Toulouse vous accueille dans sa cour jusqu’au 3 avril pour soutenir et (re)découvrir les créations cinématographiques des pays latino-américains. A l’occasion de cette 34ème édition des Rencontres CinéLatino de Toulouse, après un bilan économique difficile pour l’industrie cinématographique des pays d’Amérique latine en raison de l’épidémie, le festival s’engage à offrir une programmation toujours plus riche, engagée et variée : projections de films et de documentaires en compétition, avant-premières, projections de reprises et de grands classiques du cinema latinos. Le festival célébrera cet héritage artistique colossale et trop peu connu, en appuyant deux focus symboliques : Une rétrospective sur le chef d’oeuvre du réalisateur chilien Patricio Guzmàn, qui sera d’ailleurs présent par visioconférence, et un focus sur l’initiative « Cinéma en construction ». 

Plus d’informations ici.

©affiche du festival Cinélatino 34ème édition, Toulouse. 

Visuel : © affiche officielle Cinélatino 34ème édition, Toulouse.

Festival (des)illusions : une clôture folle, grand écart entre danse et théâtre-performance
Nurith Aviv : « Les mots sont performatifs »
Lison Rabot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture