Actu
Agenda cinéma de la semaine du 20 avril 2022

Agenda cinéma de la semaine du 20 avril 2022

20 avril 2022 | PAR Jacques Emmanuel Mercier

C’est mercredi, c’est l’agenda ciné. Au programme l’été, la plage et des films sur les jeunesses…

Murina

Le premier film d’Antoneta Alamat kusijanovic a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2021, puis en ouverture du festival Music et Cinéma à Marseille. Il s’agit d’un premier film qui suit l’intrépide Julija défiant l’autorité de son père propriétaire d’un hôtel sur une île paradisiaque de la méditerranée. Lorsque un ami du père revient sur ses terres natales, c’est toute la vie de la jeune fille qui en est chamboulée. Un film doté d’une atmosphère sensible, nous plongeant avec musique dans l’exploration de cette lolita moderne. Un film croate dont vous pouvez retrouver la critique ici.

Le Monde après nous

Labidi se rêve  écrivain, il vit de petites magouilles en attendant des jours meilleurs. Il rencontre Elisa qui l’oblige à repenser toute sa vie. Un film inspiré de l’histoire de son réalisateur Louda Ben Salah-Cazanas. Un film poignant sur la crise économique, la débrouille, le couple, l’envie de réussir et la force qu’il faut pour le faire.

Qui à part nous

Nous vous proposons un documentaire pour compléter cette sélection. Un documentaire sur cinq jeunes espagnols et leurs passages tumultueux à l’âge adulte. Un film fleuve sur les rêves d’une jeunesse en mal de repères. Jonas Trueba, le réalisateur d’Eva en août, nous revient toujours avec cette fantastique vision de ce qu’est un film. L’un des plus grands espoir  du cinéma espagnol.

 

L’enfant

Le Portugal au XVIe siècle, Bela aime Rosa et Rosa aime Bela. Bela est un jeune homme, il est beau et sa vie a tout pour sembler parfaite. L’Inquisition arrive au Portugal et le fragile équilibre tombe. L’enfant est une coréalisation entre Marguerite de Hillerin et Félix Dutilloy-Liégeois. Un film sur l’amour et la peur, sur la fragilité de la vie et les secrets qu’il faut parfois garder pour soi.

comete

La Corse, il fait chaud, le bruit des cigales s’entend. Les enfants s’amusent et les vieux regardent le temps qui passe. Ce film de Pascal Tagnati respire l’amour pour une île, pour ses habitants, ses odeurs et sa lumière. Un film durant l’été que l’on ne voudrait jamais oublier, tel un souvenir dont on ne connaît pas vraiment la nature. C’est un premier long-métrage sur l’insouciance, mais une belle insouciance.  

 

© Visuel : Affiche officielle du film Murina

75e Festival de Cannes : les films de la programmation Acid Cannes
Avec « Vortex », Gaspar Noé revient avec un film bouleversant sur le déclin
Jacques Emmanuel Mercier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture