Actu
À Paris, la directrice du Théâtre du Châtelet, Ruth Mackenzie, a été écartée

À Paris, la directrice du Théâtre du Châtelet, Ruth Mackenzie, a été écartée

28 août 2020 | PAR Loïs Rekiba

Accusée d’exercer une pression sur le personnel, d’entretenir le Châtelet avec des recettes frauduleuses pour creuser le déficit de l’institution : cible de toutes ces critiques, la directrice artistique du Théâtre du Châtelet, Ruth Mackenzie, a été écartée vendredi par sa direction artistique.

En 2017, Ruth Mackenzie prenait la tête d’une des plus prestigieuses institutions culturelles de la capitale, le théâtre du Châtelet, prenant ainsi le relais de la présidence Choplin. Cependant, son mandat n’a véritablement commencé qu’en 2019, le temps d’attendre la fin des travaux de rénovation du théâtre. L’annonce de son recrutement pour diriger le Châtelet, rénové il y a deux ans, avait déjà étonné pas mal de monde à l’époque.

Un manque total de gestion budgétaire serait une des causes du départ de Mackenzie. Le déficit du théâtre s’était creusé avec la mise en place du projet inter-culturel DAU, en partenariat avec la Russie, et qui avait pour but d’emmener le public dans un « voyage » en Union soviétique sur trente ans à travers films, reconstitution de décors, concerts, conférences et performances au Théâtre du Châtelet et au Théâtre de la Ville. Le projet de discothèque éphémère dans les locaux du théâtre avait également couté beaucoup d’argent.

Son départ de l’institution, annoncée ce vendredi 28 aout, en a aussi étonné plus d’un. Ruth Mackenzie était vivement critiquée par l’équipe du Châtelet, comme le montrerait un audit du printemps dernier l’accusant d’exercer un harcèlement moral sur le personnel. C’est à la suite d’un Conseil d’administration que le départ de la directrice aurait été décidé. C’est Thomas Lauriot, le directeur général du lieu, qui prendra le relais de la direction du célèbre théâtre et qui en assurera la relance, dans un contexte compliqué pour le domaine culturel.

 

 

 

 

 

 

© Flickr

« Jusqu’ici tout va bien »: les étudiant.es de Kourtrajmé s’exposent au Palais de Tokyo
Christophe Rauck succède à Philippe Quesne aux Amandiers
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *