Panorama de Milan, une ville audacieuse qui cache de multiples trésors !

13 décembre 2016 Par
Magali Sautreuil
| 0 commentaires

Milan, la capitale de la Lombardie, est aussi le poumon économique de l’Italie. Bien qu’elle puisse s’enorgueillir d’un riche passé, elle est également tournée vers l’avenir. Ville de contraste aux multiples facettes, elle saura vous séduire par son dynamisme.

milan

Blason de la ville italienne de Milan

Deuxième ville italienne par sa taille et troisième métropole la plus peuplée d’Europe après Paris et Londres, Milan n’a rien à envier à ses consœurs.

Située au cœur de la plaine du Pô dans le Nord de l’Italie, non loin des Alpes, elle est implantée au carrefour de plusieurs voies importantes de communication, qui la relient notamment à Gênes, Turin et Bergame. Elle constitue de ce fait un lieu idéal pour partir à la découverte de l’Italie du Nord, le temps d’un weekend ou d’un court séjour.

italie-du-nord

© Google Map

Une ville d’art et d’histoire

Cette situation privilégiée a favorisé son ouverture sur le monde. Ville cosmopolite aux forts contrastes, Milan a connu plusieurs occupations étrangères, qui ont contribué à sa singularité. Seigneurie des Visconti et des Sforza durant la période espagnole au Moyen Âge et à la Renaissance, elle devient part de l’Empire austro-hongrois des Habsbourg au XVIIIème siècle avant de tomber entre les mains des troupes napoléoniennes.

La richesse de cette histoire mouvementée nous est contée à travers la diversité de son architecture et l’importance des collections qu’elle abrite. Son titre de ville d’art italienne est donc amplement mérité. Toutes les époques et tous les courants artistiques y sont représentés. Elle compte également parmi les plus grands centres d’exposition européens.

Malgré un patrimoine conséquent, le centre-ville historique est de taille humaine, donc facile à découvrir à pieds ou en empruntant un de ses vieux tramways jaunes.

Le point de départ privilégié à toute visite de Milan est le Duomo, qui trône majestueusement au milieu de la cité. Cette cathédrale a de quoi en ébahir plus d’un. Sa construction fut ordonnée par Jean Galéas Visconti en 1386 et se poursuivit jusqu’au XIXème siècle. Un travail considérable qui donna naissance à la troisième plus grande église au monde (157 mètres de long pour 108 .5 mètres de haut), après Saint-Pierre de Rome et la cathédrale de Séville dans le Sud de l’Espagne ! Splendeur du gothique tardif, elle illumine littéralement la place de laquelle partent les principaux axes de communication de la ville qui conduisent aux anciennes portes et aux quartiers périphériques. Sa blancheur immaculée lui est conférée par l’emploi de marbre blanc pour son élévation. Ses quelques 135 flèches dressées vers le ciel ajoutent à la magnificence de l’édifice. La cathédrale peut également s’enorgueillir d’un riche patrimoine, qui comprend notamment plusieurs milliers de sculptures. Sa tour-lanterne a été réalisée grâce au concours d’architectes de renom tels Bramante et Léonard de Vinci. N’hésiter pas à grimper les quelques 250 marches pour vous offrir une des plus belles vues de Milan.

duomo

Duomo de Milan © Magali Sautreuil

À partir du Duomo, de nombreux itinéraires de promenade s’offrent à vous.

À la gauche de cette cathédrale se trouve un des plus beaux passages couverts d’Europe : la galerie Victor Emmanuel II (galleria Vittorio Emmanuele II). Pensée par Giuseppe Mengoni qui succomba suite à une chute d’échafaudage avant la fin du chantier, cette double galerie fut achevée en 1867. Artère commerciale, très animée et entièrement piétonne, vous pourrez vous y promener qu’il pleuve ou qu’il vente, puisque ses 196 mètres de long sont recouverts par une superbe verrière. Celle-ci est installée assez haut pour non seulement apporter de la luminosité, mais aussi agrandir l’espace.

milan-galerie-victor-emmanuel

Galerie Victor Emmanuel II

Cette galerie relie le majestueux Duomo à la prestigieuse Scala de Milan. Construit dans les années 1770, ce théâtre fut élevé sur le site d’une ancienne église du XIVème siècle consacrée à Santa Maria della Scala, d’où son nom et peut-être sa formidable destinée. La Scala a en effet accueilli, entre autres, les célèbres compositeurs Verdi et Puccini, dont les opéras sont encore joués dans le monde entier. Si le cœur vous en dit, rien ne vous empêche d’assister à une de ces fameuses compositions. D’ailleurs, si l’histoire de la musique italienne vous intéresse, vous pourrez visiter le musée de ce théâtre emblématique.

La Scala opera house in Milan

La Scala de Milan

Sur la place située devant la Scala, il est de coutume d’écraser les couilles du taureau représentées au sol avec son talon droit pour attirer la bonne fortune.

milan-taureau

Le taurau figurant sur le sol de la place de la Scala de Milan

Derrière ce prestigieux théâtre se trouve le vieux quartier de la Brera et son dédale de petites ruelles piétonnes, à l’abri du tumulte de la ville. Au détour de l’une d’entre elles, se trouve la pinacothèque de la Brera. Fondée sous l’ère napoléonienne, elle abrite une des plus belles collections de peintures italiennes. Elles possèdent des peintures de grands maîtres telles « Le Christ mort » de Mantegna, « Le mariage de la Vierge » de Raphaël, « Le Souper à Emmaüs » du Caravage, des Tintoret, des Titien…

Cette visite de la pinacothèque de la Brera est à compléter par celle du musée du XXème siècle (museo del Novecento), qui est consacré à l’art italien du XXème siècle (futurisme, arte povera…). Ce dernier est situé entre le Duomo et le Palazzo Reale. Noter que cet ancien palais royal du XIVème siècle, qui a subi les aléas de l’histoire, bénéficie d’une riche programmation culturelle en termes d’exposition.

Non loin du quartier de la Brera s’élève le château de la famille Sforza (Castello Sforzesco), une ancienne forteresse militaire du XIVème siècle transformée en résidence par les ducs de Sforza au XIVème siècle. Afin d’allier l’utile à l’agréable, emprunter la rue commerçante, la via Dante, qui relie la place du Dôme au château. Ne vous fiez pas à l’aspect austère de cette bâtisse où ont vécu les seigneurs de Milan. Elle n’a d’équivalent que la richesse des collections qu’elle renferme. Elle abrite en effet plusieurs musées d’art et d’histoire (musées d’art décoratif, d’archéologie, d’instruments de musique…). Appelé à Milan par Ludovic Marie Sforza dit le More, le célèbre peintre Léonard de Vinci a participé à la décoration de plusieurs salles.

À quelques minutes du Castello Sforzesco, vous pourrez d’ailleurs admirer « La Cène », une autre œuvre non moins connue de Léonard de Vinci. Cette fameuse fresque orne le réfectoire du couvent dominicain de Sainte-Marie-des-Grâces (Santa Maria della Grazie). Il s’agit également d’une commande de Ludovic le More, qui voulut transformer cette église lombarde de style gothique tardif en mausolée familiale. Il confia les travaux de remaniement à Bramante. Si vous venez en été, vous pourrez assister à un des nombreux concerts donnés dans la cour ducale du château. En cette période qui s’étend de juin à septembre, la ville de Milan accueille également un festival international de musique ancienne, qui a lieu dans les plus belles églises et salles de la cité.

Si vous aimez les œuvres de Léonard de Vinci, offrez-vous un détour par la bibliothèque ambrosienne. Située dans le centre historique, au numéro 2 de la place Pie XI, non loin du Duomo, elle est l’une des premières à être ouverte au public en Europe et ce, dès 1609. Elle renferme le précieux « Codex Atlanticus », un recueil qui regroupe tous les dessins et les notes du maître italien.

Du Castello Sforzesco, vous pourrez accéder au plus vaste parc de la ville : celui du Sempione. Situé à l’arrière du château, ce jardin à l’anglaise regorge non seulement de nombreuses essences rares et variétés d’arbres exotiques, mais recèle aussi de nombreux secrets. Utilisé comme terrain de chasse sous les Visconti, il devient un terrain de parade militaire sous Napoléon Ier.

Le parc s’étend jusqu’à l’arche de la Paix, un arc de triomphe érigé par Luigi Cagnola (1801-1814), pour célébrer la victoire de Napoléon Ier à Marengo (14 juin 1800). D’inspiration palladienne et classique, cet arc est l’un des plus beaux exemples du néoclassicisme milanais.

jose-luis-hidalgo

Arche de la Paix © Jose Luis Hidalgo

Une ville en constante évolution

Ces jardins font écho à celui qui est en train de voir le jour du côté de la Porta Nuova, au Nord de Milan. Ce parc abritera la future bibliothèque des arbres, qui visera à une meilleure connaissance des plantes, des arbres, des herbes et des fleurs.

Non loin de là s’élève le bâtiment Unicrédit sur la place Gae Aulenti (Piazza Gae Aulenti). Ce bâtiment original accueille un auditorium, des espaces d’expositions et un lounge. Il symbolise le renouveau de Milan. Le quartier de la Porta Nuova abrite le centre d’affaire de la métropole milanaise comme peuvent en témoigner les nombreux gratte-ciels à l’architecture design.

milan-unicredit

Auditorium Unicredit place Gae Aulenti à Milan © Magali Sautreuil

L’ancien et le moderne s’y côtoient de manière harmonieuse. Rappelons au passage que les arcs de la Porta Nuova forment, avec ceux de la Porta Ticinese, les seuls vestiges de l’enceinte médiévale de la ville.

Les immeubles aux façades végétalisées se parent de magnifiques couleurs automnales le moment venu. Le Bosco verticale, via Gaetano de Castillio, avec ses balcons disposés en quinconce, donne l’impression d’une véritable forêt qui pousse en hauteur.

bosco

Bosco verticale, quartier de l’Isola à Milan © Magali Sautreuil

Ce renouveau ne se fait pas au détriment des anciens quartiers, mais participe à la redynamisation de ces derniers. L’ancien quartier populaire de l’Isola, auquel celui de la Porta Nuova est rattaché, est désormais un endroit branché et festif.

Preuve de l’attachement des Milanais à leur passé, la maison de la mémoire (Casa della memoria), sise au numéro 14 de la via Confalonieri, présente une façade composée d’une mosaïque de briques (mattoni), qui retrace l’histoire récente de Milan.

Au cours de vos déambulation dans le quartier de l’Isola, vous verrez peut-être des casa di ringhiera. Ces maisons à balustrade sont divisées en plusieurs appartements. Ces derniers sont situés au premier étage. On y accède via les balcons depuis la cour intérieure, le rez-de-chaussée étant traditionnellement occupé par des entrepôts ou des commerces.

maison-a-balustrade

Maison à balustrade, quartier de l’Isola à Milan © Magali Sautreuil

D’autres bâtiments témoignent de l’histoire du quartier, le long de la via Thaon di Revel.

À proximité d’une boulangerie-pâtisserie-salon de thé, vous pourrez vous délecter d’une eau aux vertus surprenantes. À quelques pas, s’élève en effet le sanctuaire Santa-Maria-alla-Fontana. Ce dernier fut édifié dans les années 1500 par l’architecte Giovanni Antonio Amadeo, suite à la découverte d’une eau miraculeuse capable de guérir à la fois les douleurs articulaires, mais aussi les troubles oculaires. Richement orné, ce petit temple est un vrai « havre de paix ». Vous pouvez vous risquer sans crainte à boire de l’eau de la fontaine. À défaut de vous soigner, elle vous rafraîchira. Son goût neutre conviendra parfaitement à toute la famille, petits et grands.

milan-fontana

Plafond du sanctuaire Santa Maria alla Fontana © Magali Sautreuil

Tout près de là, au numéro 21 de la via Thaon di Revel, se dresse la fonderie Eugène-Napoléon. Fondée en 1806, son nom lui a été donné par les frères Manfredini, en l’honneur du vice-roi d’Italie, Eugène de Beauharnais. À l’époque, près de 200 orphelins y travaillaient. Les ouvriers étaient logés sur place dans des appartements plutôt modernes, pourvus de toilettes intérieures et accessibles par l’extérieur depuis les balcons. Aucune arme n’a été fondue en ces lieux. La fonderie fournissait exclusivement des bronzes d’ornement et des cloches. Elle a même fournie celle du campanile de la basilique Saint-Marc à Rome, qui fut positionnée en 1907. Restaurée dans les années 2000, elle accueille aujourd’hui une programmation événementielle aussi riche que variée.

fonderie

Fonderie Napoléon © Magali Sautreuil

Du Nord au Sud, il n’y a qu’un pas 

Si vous prenez la via Manzoni, vous pourrez retourner au centre-ville. Cette rue, qui suit le tracé d’une ancienne voie romaine, relie la Porta Nuova à la place de la Scala.

Ne rater pas au passage le musée Poldi Pezzoli. Installé depuis 1881 dans un des deux palais de la famille Pezzoli, il abrite la riche collection de Poldi Pezzoli, amateur de peintures, d’armes, d’émaux, d’orfèvrerie, de bijoux… Elle accueille en ce moment et jusqu’au 5 février 2017 quelques bijoux et maquette de scénographie signées par Arnaldo Pomodoro.

La ville de Milan compte d’autres maisons de ce type comme le musée Bagatti-Valsecchi, la villa Necchi Campiglio et la casa Boschi di Stefano. Si vous appréciez l’art, offrez-vous un instant pour découvrir le goût de ces collectionneurs privés. Vous pouvez également jeter un coup d’œil à l’intérieur des banques qui disposent aussi de nombreuses œuvres d’art et toiles de grands maîtres.

De retour sur la place du Dôme, vous pourrez emprunter un chemin pour vous rendre dans le quartier des Navigli, au Sud de la ville. Autrefois, la ville de Milan était desservi par un important réseau de canaux hérité de l’Empire romain : les Navigli. Mais vers la fin du XIXème/début du XXème siècle, ces canaux ont presque tous été recouverts, à l’exception de la portion Sud.

Sur la route qui vous emmène du Duomo aux Navigli, ne ratez pas la basilique San Lorenzo Maggiore, le plus grand dôme de Milan, et sa célèbre colonnade.

milan-san-lorenzo

Colonnade de San Lorenzo à Milan © Paul Murray

Chaque dernier dimanche de chaque mois a lieu le grand marché des antiquaires le long du premier tronçon du Navigli Grande. Lors de cet événement, de petits ateliers d’art sont ouverts au public.

Milan, c’est aussi une ville festive et gourmande

Le quartier des Navigli est aussi un lieu animé, où pullulent les restaurants, les cafés et les boutiques en tout genre.

Entre 18h et 21h, vous pourrez y déguster l’aperitivo, sorte d’happy hours durant lesquelles les bars milanais proposent des buffets à volonté composés de sandwichs, de charcuteries, de fromages, de crostini, de bruschetta… pour accompagner vos boissons.

À l’opposé des Navigli, au Nord de Milan, le quartier de l’Isola jouit également d’une intense vie nocturne. On trouve les meilleures discothèques près de la gare Garibaldi.

Bars et restos sympas sont légion dans le quartier.

Le premier jeudi de juillet, l’Isola met le jazz à l’honneur en organisant un événement appelé « fish and swing ». Mais si vous voulez écouter du bon jazz, nul n’est besoin d’attendre le mois de juillet. Vous pouvez toujours prendre un verre ou dîner au Blue Note, au numéro 37 de la via Pietro Borsieri. Leur carte de cocktails est plutôt bien fournie.

Dans le quartier, non loin du sanctuaire Santa-Maria-alla-Fontana, vous pourrez aussi manger une cuisine familiale et généreuse dans la trattoria Angolomilano, au numéro 18 de la via Gian Antonia Boltraffio. Au sous-sol, se trouve une belle salle voûtée.

L’Isola renferme également un petit trésor art déco, niché au cœur d’un jardin : le restaurant Ratana. Situé au numéro 28 de la via Gaetano Castillia, ce restaurant aménagé dans d’anciens bâtiments ferroviaires, propose une cuisine traditionnelle milanaise revue au goût du jour. Vous pourrez y déguster un des meilleurs risottos à la milanaise de la ville. Le chef a à cœur d’offrir à ses clients des produits locaux et de saison de qualité. Vous pourrez même découvrir ou redécouvrir la saveur des légumes anciens et oubliés.

ratana

Restaurant Le Ratana

Non loin du Dôme, ne passez à côté des panzerotti de la boulangerie Luini au numéro 16 de la via Santa Radegonda, entre la galerie Victor Emmanuel II et la Scala. Ouverte en 1949, cette boulangerie cuisine les meilleurs panzerotti de Milan. Ce sont des chaussons fourrés, sucrés ou salés, à base de pâte à pizza, cuits au four ou frits.

À quelques encablures de là se trouve, au numéro 9 de la via Spadari, Peck, le temple de la gastronomie italienne. Vous y trouverez une épicerie fine proposant un vaste choix de fromages, de charcuteries et autres mets italiens de qualité, ainsi qu’un restaurant où déguster ces produits.

À droite du Duomo, caché à l’intérieur du Palazzo Reale, vous pourrez également déjeuner ou simplement siroter une boisson entre deux expositions au Giacomo Caffe. Ce petit restaurant au charme désuet abrite un petit café littéraire. Cet endroit est prisé par les Milanais, ce qui est gage de qualité.

Si l’envie vous prend de monter au premier étage du musée del Novecento qui jouxte le Palazzo Reale, vous pourrez prendre un aperitivo au Giacomo Argentario, au numéro 1 de la via Guglielmo Marioni, tout en vous délectant d’une magnifique vue sur le Duomo.

Milan, capitale de la mode et du design, de l’élégance et du bon goût

Le rooftop se trouvant au septième étage de la Rinascente, les « Galeries Lafayette » locales, constitue également un bon spot pour admirer cette majestueuse église de marbre blanc. Prenez-y donc un peu de repos après une harassante après-midi shopping.

Capitale de la mode, Milan accueille de nombreux défilés lors de la Fashion week. Pour ces messieurs, elle a lieu du 4 au 17 janvier et du 17 au 20 juin 2017 et pour ces dames, du 22 au 28 février et du 20 au 26 septembre.

Les vêtements haute couture que vous pourrez admirer en ces occasions sont disponibles dans les boutiques de luxe situées dans le quadrilatère d’or de Milan. Ce dernier se compose de la via Monte Napoleone, qui concentre boutiques de luxe, hôtels particuliers et cours privées, de la via Manzoni, une rue où vous pourrez trouver tous les produits de la marque italienne Armani (parfums, lunettes, fleurs, chaussures, sacs, maisons, livres, cafés, vêtement), de la via Sant’Andrea et de la via della Spiga. Vous pourrez craquer pour une des créations des milanais Dolce & Gabbana, Prada, Versace

La galerie Victor Emmanuel II abrite également de nombreux magasins de luxe, ainsi que la librairie Mondadori, une importante maison d’édition italienne, et le magasin de maquillages et de soins du visage de qualité Kiko.

Avant de vous aventurer dans le quartier de la Brera, situé derrière le théâtre de la Scala sur lequel débouche le passage couvert Victor Emmanuel II, arrêtez-vous chez Bialetti, au numéro 17 de la place du Dôme. Fabricant de machines à café depuis 1933, sa réputation n’est plus à faire. Vous pourrez vous offrir la traditionnelle « machinetta », une cafetière en aluminium, ou une machine à dosettes plus moderne.

bialetti-2

Machinetta Bialetti © Magali Sautreuil

bialetti

Machine à dosettes Bialetti © Magali Sautreuil

Engouffrez-vous à présent dans le dédale de ruelles du quartier de la Brera. Ce dernier abrite non seulement de nombreux antiquaires, mais aussi quelques boutiques de mode. Pour les chaussures, rendez-vous au numéro 1 de la via Solférino, où se trouve Spelta, la référence en matière de ballerines depuis 1967, et au numéro 2 de la via Brera, où vous pourrez chiner chez Cavalli e Nostri. Cette boutique vintage chic propose une sélection pointue de vêtements et accessoires de mode de grandes maisons et de petits créateurs.

Vous trouverez également de petites boutiques indépendantes de fripes vintage du côté de la via Torino et du corso Porta Ticinese.

Mais Milan, c’est aussi la ville du design. Du 4 au 9 avril 2017, elle accueillera d’ailleurs la nouvelle édition de sa semaine du design. Si vous êtes intéressés par des meubles design et par la décoration, allez flâner du côté de la Porta Nuova et le quartier de l’Isola. Durant la design week, ce dernier met à l’honneur de jeunes créateurs. Le quatrième dimanche du mois d’octobre, il célèbre à la fois la tradition et la modernité à travers un événement appelé « Fabrique et artisanat sous les gratte-ciels ».

Conclusion

Avec ses quelques 60 musées, ses nombreuses expositions, ses 150 galeries et ateliers d’art, la ville de Milan saura ravir les amateurs d’art. Mais la cité italienne saura également satisfaire les accros au shopping, les fins gourmets, les mélomanes et les férus de sport. Le mythique circuit automobile de F1 de Monza se trouve seulement à 20 minutes de la gare centrale de Milan. Du 1er au 3 septembre 2017 aura lieu sa 89ème édition.

Destination idéale pour des courts séjours, la ville de Milan constitue également un bon point de départ pour découvrir l’Italie du Nord.

Pour vous s’y rendre depuis la France, une solution : le TGV France-Italie.

Chaque jour, 3 TGV France-Italie relient la France à Milan. La dolce vita commence à bord avec des liaisons de centre-ville à centre-ville. A partir de 29€ (1) en 2nde classe et 39€ (1) en 1ère classe en réservant jusqu’à 30 jours avant le départ.

Nouveau : Avec la Carte Enfant+, Jeune, Week-end et Sénior, 25% de réduction (2) sur vos voyages à destination de l’Italie et sur les offres de dernières minutes.

Réservations sur www.voyages-sncf.com, en gares et boutiques, par téléphone au 36 35, en agences de voyages agréées SNCF ou avec la nouvelle application SNCF disponible gratuitement sur mobile.

(1)   Billet TGV tarif Mini pour une personne, pour un aller simple en 2nde classe à partir de 29€ et de 39€ en 1ère classe dans la limite des places disponibles à ce tarif. Billets non échangeable et non remboursables.

(2)   Offre réservée aux titulaires de Cartes de réduction. Réduction calculée semi-flex du jour.