Patrick Roger, le « Rodin du Chocolat », passe au Bronze

14 avril 2017 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Le chocolatier-sculpteur Patrick Roger, expose ses œuvres en bronze et en aluminium jusqu’au 18 avril 2017, à Éléphant Paname, centre d’art et de danse, dédié aux rencontres artistiques.

patrick-roger-yael-1 patrick-roger-yael-2

Patrick Roger Chocolatier réputé, consacré Meilleur Ouvrier de France en 2000, se définit désormais comme Chocolatier- Sculpteur.

Les titres dédoublés nous laissent souvent dubitatifs, perdus à mi-chemin entre l’évocation d’une reconversion ratée et celle d’une prophétie souhaitée auto-réalisatrice. On pense, songeur, aux dentistes humoristes, aux mannequins acteurs et aux serveurs producteurs. Ici, pourtant, qu’on ne s’y trompe pas. Il s’agit d’une seule et même approche. Cohérente, riche, complexe. L’artisan travaille le chocolat en sculpteur. L’artiste utilise la matière première de l’artisan. Chocolatier Sculpteur dans cet ordre. Non parce que l’un est venu après l’autre mais parce que le chocolat est sa matière première de prédilection. Toutes les œuvres présentes ont d’abord été réalisées en chocolat, puis ont été coulées dans des matériaux plus pérennes.

Ses impressionnantes créations en chocolat, exposées de longue date dans les vitrines de ses luxueuses boutiques parisiennes, ont certes peu à peu donné naissance à des œuvres en bronze ou en aluminium, mais la vocation artistique de Patrick Roger est là dès l’origine. Elle réside tout entière dans sa façon de travailler la matière, et non dans le choix de celle-ci.

A Eléphant Paname, il y a plusieurs formats. Certaines sculptures sont minuscules, comme la très touchante œuvre Abnégation, aux faux airs de Giacometti légèrement plus « charnu » et d’autres monumentales, comme la très réussie chorégraphie de danseurs enlacés.

Pour Fanny et Laurent Fiat, qui dirigent l’Espace : « Au delà de son titre de Meilleur Ouvrier de France, Patrick Roger est plus qu’un artisan aux savoir-faire exceptionnels, c’est un artiste total. Un sculpteur génial. Il a su faire se rencontrer l’art culinaire et l’art plastique. Il casse les barrières et les codes. Il est libre et sauvage ! À Éléphant Paname, il est donc chez lui et c’est avec délice que nous accueillons ses œuvres. »

Clin d’œil au lieu, l’éléphant est mis à l’honneur et librement interprété par Patrick Roger. Une kyrielle d’oreilles d’éléphant gigantesques en aluminium plane dans la salle du Dôme. Patrick Roger présente également une série de sculptures en bronze, dévoilant des silhouettes minimalistes, à peine suggérées, comme autant d’arabesques chorégraphiant le somptueux espace des salles de cet hôtel particulier Napoléon III.

Courez découvrir l’univers singulier et généreux de Patrick Roger. L’exposition prend fin dans les tous prochains jours.

visuels et texte : Yaël Mrejen


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *