[Live Report] Lancement du Verrou au Silencio

4 janvier 2017 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

Le 13 novembre 2015, deux filles dont les noms resteront secrets se demandent quoi faire contre « ça ». La réponse vient vite : redonner du plaisir. L’idée du Verrou est né, un site de podcasts érotiques à l’élégance nette dont Toute La Culture, fan et partenaire organisait le lancement hier dans l’écrin sublime du Silencio.

verrou-soiree

Dans un Silencio noir de monde, les lecteurs déambulent munis de textes érotiques signés Barrico, Bataille, Colette, Eluard, Miller ou Toussaint… Les scènes sont irréelles, on aura vu hier soir des comédiens lire ensemble dans les couloirs dorés aux oreilles des buveurs de cocktails. Dans la bibliothèque, trônaient en flux continu deux œuvres de la photographe et vidéaste Clémence Demesme : son court-métrage Manu et Rose qui offre la rencontre de deux fleurs; hyper sexuelle, et en exclusivité, la diffusion des photographies prises sous la direction d’Antoine d’Agata, « à la recherche d’A ». Une série dans la lignée du maître où l’érotisme est brut.

Puisque l’idée du Verrou est la sensation, auditive, nous avions également invité Stéphanie Poulage dont nous adorons depuis déjà longtemps les parfums précieux. Son Odora di Femina était une invitation à un voyage culturel et sensuel. Il est inspiré de l’éclat qui  » fait rêver les oiseaux dans les arbres et sangloter d’extase les jets d’eau ». Elle a, elle aussi déambulé, faisant sentir et racontant ses créations.

Ici et là, des jeunes femmes masquées étaient vêtues ou plutôt dévêtues par le talent de la jeune créatrice de lingerie Paloma Casile. qui avait prêté pour la soirée bodys en résille et harnais de pierres.

Dans la BlackRoom, l’on pouvait s’asseoir dans une ambiance intime et sensuelle pour entendre, devant une installation des photos de la série réalisée par Clémence Demesme pour Le Verrou,  les podcasts de textes érotiques qui s’ouvraient le lendemain au Grand Public. Il y a d’ores et déjà 4 textes littéraires et crus en écoute et imaginer trois femmes décrites par Anaïs Nin tomber dénudées sur une peau de bête au son d’une voix d’homme profonde ou se laisser prendre aux jeux érotiques de la « Femme de Papier » de Françoise Rey en écho à la voix veloutée d’une comédienne, nous a laissés tout choses.

Après une brève prise de parole de la directrice de publication de TouteLaCulture, Sônge est entrée en scène. La multi-instrumentiste a offert un showcase en amont de la sortie de son EP. Sa fusion hip-hop et electro a collé parfaitement avec le thème de la soirée. Ses déjà deux tubes Colorblind et Now ont enchanté le public

Pour
www.le-verrou.fr (ouverture publique du site le 4 janvier 2017)