L’ebook fait sa rentrée

24 octobre 2008 Par Jeanne | 0 commentaires

L’objet s’apparente à un livre. A une différence près, non négligeable : il se présente non pas sous un support papier mais sous la forme électronique. L’ebook , baptisé ainsi par son créateur, le géant Sony, fait sa rentrée littéraire dès demain dans les rayons de la fnac. L’évènement très attendu, du moins pour les technophiles qui avaient vu le projet couler en 2002 avec la liquidation du Cybook sans doute arrivé trop tôt, n’a pas fini de faire parler de lui.

 

Et pour cause, l’ebook, fruit du croisement entre le livre et l’Internet, nommé aussi Reader, fascine par ses dimensions presque sur-réalistes : d’une épaisseur de 8 mm, d’un poids de 260 grammes, d’une capacité de stockage de 160 ouvrages et d’une autonomie de 6800 pages tournées, l’ebook est assurément doté d’une ergonomie remarquable et de haute qualité. Son écran noir et blanc de 15, 24 cm, exempt de lumière vive, voir agressive, rappelle la page d’un roman. Les lignes d’encre électronique sont ajustables selon la vue plus ou moins bonne du lecteur. La texture et la chaleur du papier sont recrées grâce à une technologie à la pointe qui utilise des micro capsules noires et blanches. Un bouton permet de tourner les pages, des touches numérotées appellent les diverses fonctions. En somme, l’ebook bouscule les usages, il révolutionne le monde du livre en imposant ainsi un nouveau mode de lecture.

Destiné aux amateurs des nouvelles technologies et à  un public féru de lecture, ainsi qu’en témoigne la capacité de la mémoire à stocker l’équivalent d’une bibliothèque entière, l’objet, vendu à 300 euros, soit le prix de quinze nouveautés littéraires, permet en outre de télécharger des textes provenant du web. Une révolution certes mais qui n’augure peut-être rien de bon pour l’avenir du livre, qui devrait à priori connaître le même sort que le disque en devenant à son tour un domaine menacé par le piratage.

 

ebook


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: