[Cannes 2016] Le Carnet d’adresses de la Rédaction

11 mai 2016 Par admin | 0 commentaires

Du 11 au 22 mai, c’est parti pour 10 jours à un rythme effréné. Olivia Leboyer, Geoffrey Nabavian Hugo Saadi et Yaël Hirsch sont sur place pour couvrir le Festival de Cannes et voir 3 à 6 films par jour. Un petit verre à une jolie soirée, en moyenne 3 articles par jour, tout ceci ne fait pas beaucoup de sommeil, ni de temps pour manger. Voici le carnet d’adresses de la rédaction qui sont bien souvent les points de repère d’un kit de survie en plein Festival de Cannes 2016.

Où déjeuner?
Yaël : Alors que les boissons sont interdites au sein du Palais, où l’on nous offre des tasses de Nespresso entre deux films, certains journalistes emportent des gâteaux et tiennent la journée. Pour moi, c’est impossible, déjeuner, même vite, même à horaires décalés est urgent. Et je le fais à la maison, comme ça,  cela me laisse le temps de commencer un article en déjeunant, de repasser un coup de maquillage et parfois d’emporter ma robe pour la soirée qui suivra le dernier films. Mes bonnes adresses d’achats : le marché Forville où faire deux à trois descentes et acheter fruits et légumes frais. Avec des tomates et du basilic dans le frigidaire on se sent paré. Et les bouchers hallals de la rue Jean-Jaurès qui font rôtir des poulets pour 5 euros. Un repas rapide et qui donne l’impression de prendre son temps.
Pour transformer votre déjeuner en rendez-vous pro, deux solutions : soit un rendez-vous sandwich à déguster sur l’une des plages du village international, soit le restaurant la Potinière du Palais fait une cuisine provençale exactement devant les marches. 13 square Mérimée, Cannes.

Olivia: Impossible d’enchaîner quatre films sans un vrai repas. Après un copieux petit-déjeuner, je zappe le déjeuner (remplacé par des fruits secs, bananes ou tablettes de chocolat). Mais, le soir, la table incontournable: Les Bons Enfants, rue Meynadier (restaurant de grande qualité, et qui n’augmente pas ses prix en période de festival). En y allant très tôt, vers 19h, une entrée (oeufs cocotte, terrines), un plat (un superbe aïoli, du poulpe) un dessert (une coupe de fraises), d’excellents vins, et je repars pour une séance du soir.

Où goûter?
Yaël : Mon moment de douceur et d’apaisement du stress à Cannes est un glace qui me fait revenir à l’enfance. C’est chez Barbarac que je prends cette petite douceur quotidienne pour un moment de fraîcheur et de pause dans la furie cannoise. Et pour celles ou ceux qui ont peur d ne plus entrer dans leurs beaux atours du soir, foncez sur la glace au yaourt : O % et sans sucre, elle est aussi légère que gourmande. Barbarac, 4 Rue Félix Faure. Un autre endroit où faire une pause est la plage de la Semaine de la Critique. Si celle-ci n’est pas prise d’assaut pour un événement elle est plutôt calme, laisse passer les journalistes, il y a parfois un beau soleil et Nespresso qui la tient et sponsorise vous fait goute gracieusement un florilège de café

Olivia: Rue d’Antibes, il y a la Maison du chocolat. Idéal pour une bouchée au chocolat entre deux films. Et puis marcher sur la croisette, tard le soir, pour observer les passants, qui osent souvent les tenues les plus étonnantes (et nous aussi, bien sûr).

Votre lieu préféré à Cannes?
Yaël : L’hôtel Martinez. Placé tout au bout de la croisette, il est prisé des stars pour son luxe mais aussi parce qu’il est au bout de la croisette, un tout petit peu plus au calme que les autres palaces. La carte de presse donne accès à son bar chaleureux et à son hall où vous êtes sur de croiser les plus belles robes du tapis rouge vers les 17h30/18h.

Olivia: La mer, quand même… Je vais au moins marcher les pieds dans l’eau, ou me baigner (c’est moins sûr, la pluie est annoncée).

Sortir…
Après les soirées sur les diverses plages, la vie nocturne continue à Cannes. Ceux et celles qui n’ont pas la chance d’avoir le bracelet VIP qui donne accès au fameux Club d’Albane pourront essayer- en « créatifs » le Silencio, le club parisien qui a son extension cannoise. Les « pros » se donnent tous rendez-vous sur la très select terrasse UGC qui a également un bien joli programme de concert et le commun des festivaliers se donne rendez-vous debout dans la rue au Petit Majestic où l’on boit des bières sans façons. 6 rue Tony Allard.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: