[Interview] Jean François Lazartigue « Ma maman était coiffeuse »

12 avril 2016 Par Pulcherry Von Ober | 0 commentaires

Entretien de sa chevelure, coloration, shampoing… Jean-François Lazartigue livre ses conseils. A vos  brosses pour savoir se peigner dans le sens du poil !

J.F.-LAZARTIGUEJean-François LAZARTIGUE, vous avez choisi de vous orienter vers les soins capillaires, il y a plus de 40 ans.
Pourquoi les cheveux ? Qu’est-ce qui vous passionne ?
Je dirais ce sont les circonstances de la vie. Ma maman était coiffeuse et je travaillais avec elle. J’ai cherché à m’améliorer et je me suis intéressé à la matière cheveu. En effet, pour être bien coiffé…le cheveu doit être beau et pour cela il faut l’entretenir avec des produits qualitatifs.
A l’époque, la mode était au défrisage des cheveux, alors je m’y suis intéressée. J’ai mis au point une technique de défrisage  qui a fait venir de nombreuses clientes. Ces dernières faisaient un tas de manipulations pour détendre leurs cheveux, j’ai souhaité élaborer des produits qui leur correspondaient et j’ai donc élaboré une gamme.

Pourquoi et comment un cheveu s’abîme-t-il ?

Le cheveu s’abîme avec des manipulations mal faites ! Décoloration,  permanente, défrisage, brushing. N’oublions pas, un cheveu résiste à 50-55°, au-delà, il s’abîme. Imaginez que lorsque l’air chaud sort du sèche cheveu, la température est de de plus de 150 ° !
Les cheveux longs ont tendance à s’abimer plus facilement. En effet, le sébum, ne va pas au bout des pointes et donc, ne peut entretenir les écailles lissées.

Les cheveux des hommes sont-ils différents de ceux des femmes ?
Non, en lui-même, le cheveu non. En revanche, le cuir chevelu des hommes est en général plus « gras ».

amoniaQuels sont les composants déconseillés dans un produit capillaire et pourquoi ?
Ce qui abîme le cheveu, c’est la coloration, l’eau oxygénée, l’ammoniaque. La coloration d’oxydation est très néfaste pour la structure du cheveu qui va s’affaiblir progressivement. C’est pour cette raison qu’il est impératif de le  soigner.

Existe-t-il une fréquence idéale pour les shampoings ?
Oh, il y a quelques années, on se lavait tous les 15 jours, puis une fois par semaine, maintenant c’est 2 ou 3 fois par semaine. Sincèrement, il faut faire un shampoing quand on le ressent. Cependant, un bon shampoing ! Car le shampoing agit sur la fibre et sur le cuir chevelu !

Que pensez-vous des shampoings secs ?
Ah, de temps en temps,  pour dépanner ! Mais avec ce type de shampoing, le cuir chevelu ne respire plus, c’est pour cela que ce ne doit pas être une habitude.

Comment bien choisir sa couleur ?

Tout est question de mode, de goût. Enfin, de nos jours, il n’y a plus vraiment de mode.
La couleur doit être en adéquation avec la carnation de la personne et son style vestimentaire,

Prendr-soins-chvxEt est-ce utile un avant shampoing ?
L’avantage de l’avant shampoing est qu’on peut se permettre de le charger en principe actif, donc il est utile, oui.
L’après shampoing, son rôle est de refermer les écailles des cheveux, donc c’est plutôt acide. Et de ce fait on ne peut le charger en principe actif.

Quel produit aimeriez-vous créer qui n’existe pas encore ?
Ah, le produit qui règle définitivemen tle problème de la chute des cheveux.

En tout cas, j’ajouterais que ce qui est curieux, c’est que les femmes ont l’habitude de dépenser de l’argent pour les cosmétiques mais moins pour les produits capillaires, c’est en quelque sorte pas dans les mœurs. Peut être que cela changera. Nous mettons pour ce qui nous concerne, des ingrédients de très bonne qualité dans nos soins et donc, cela fait que nos produits sont plutôt placés en haut de gamme.

En conclusion, pour avoir de belles coupes, belles coiffures, je dirai qu’il faut surtout prendre soin de la matière cheveu, et ce dès, le plus jeune âge.

(crédit photo : site Jean François Lazartigue)


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: