We call it love, Felwine Sarr, Denis Mpunga et Carole Karemera interrogent le pardon à la Maison des métallos

16 mars 2017 Par
La Rédaction
| 0 commentaires


Jus’au 18 mars, la Maison des Métallos vous invite à parler d’amour, ou presque. Oubliez tout romantisme et plongez dans We can it Love de de Felwine Sarr, Denis Mpunga et Carole Karemera, porté par le jeu de Carole Karemera, Michaël Sengazi et Hervé Twahirwa. La foi en l’humain autorise-t-elle de tout pardonner ?

Par Juliette Cohen Solal
we-call-it-love

Inspiré d’une histoire vraie, We call it love nous entraîne au Rwanda, au lendemain du génocide. Une femme a besoin de la vérité pour pouvoir vivre à nouveau. Elle a trop d’amour et celui a qui elle le dédiait, son seul fils, est mort. Elle se tourne vers le tueur de ce dernier, il est celui qui a le plus besoin de son aide. We call it love est l’histoire d’un pardon.
Le dispositif scénique imaginé par Denis Mpunga est essentiel, deux groupes de spectateurs se font face, ne laissant qu’un étroit passage aux trois acteurs : une marelle. Pris, ainsi au cœur de la mise en scène, le public ne peut se dégager, il est coincé au cœur de cet échange qui se joue tout autour de lui. Cet espace bi-frontal, qui rappelle étrangement cette opposition entre frères ennemis, est renforcé par la musique d’Hervé Twahirwa, troisième acteur et musicien.
Aucun besoin de s’être particulièrement intéressé au génocide pour comprendre les enjeux de cette pièce, par contre pour ceux qui se seraient plongé dans des témoignages ou récits, la justesse des termes apparaît comme plus grande encore, tout résonne, le texte de Felwin Sarr ne vous laissera pas de marbre.
Tout y est, une performance magistrale, un sujet magnifiquement traité et une leçon d’amour. We call it love dure cinquante minutes. Cinquante minutes pendant lesquels on ne respire plus. Cinquante minutes pendant lesquels le charisme et le jeu de Carole Karemera prennent à la gorge pour ne nous lâcher que bien après la sortie.

We call it love, de Felwine Sarr, Denis Mpunga et Carole Karemera à la Maison des métallos, jusqu’au 18 mars.
Avec Carole Karemera, Michaël Sengazi, Hervé Twahirwa
Du 13 au 18 mars, du lundi au vendredi à 20h30
Le samedi à 19h30
A partir de 15 ans, 14€ ou 10 € tarif réduit
http://www.maisondesmetallos.paris/2016/12/14/we-call-it-love

Visuel : Maison des Métallos


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *