Un énergisant « Romeo et Juliette » au Ménilmontant mis en scène par Marion Conejero

15 février 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 1 commentaire

Fidèle à l’écriture poétique de Shakespeare, Marion Conejerao propose au Théâtre de Ménilmontant une version moderne et électrique du drame des amants de Vérone. Une lecture ardente et érotique du célèbre l’amour illicite.

reine-mabTout commence par l’apparition de la Reine Mab, face public, visage voilé car mystérieuse. Tout commence par la musique « live » de Zerkalâ, véritable DJ debout dans la fosse. Tout commence comme un rêve et glisse de tableau en tableau  vers le cauchemar final.

Chaque tableau est magnifique. Les choix de mise en scène et de scénographie sont audacieux et cohérents. On regrettera l’usage systématiquement du franchissement du quatrième mur d’autant que la salle du Ménilmontant a souvent des airs de salle de fêtes. On regrettera le jeu souvent médiocre de quelques comédiens de la troupe. On regrettera aussi le bizarre appariement entre le bedonnant Capulet et sa bien trop sexy Lady Capulet. On regrettera aussi peut être le besogneux monologue de la Reine Mab; y manque l’exaltation croyante. Tout est sauvé toutefois par l’engagement des comédiens et par  la cohérence de l’édifice scénographique; la scène du balcon revisitée est très intéressante. La nourrisse, admirable Danielle Yondo mérite à elle seule le déplacement.

L’édifice jamais saturé semble s’inscrire dans le siècle de Shakespeare par le texte brutal et sans concession, mais aussi deux cent plus tard dans l’ésotérisme d’un Mozart et trois siècles plus tard encore dans notre siècle mystique qui se cherche « authentique ». L’édifice serait cet empilement. Toute représentation d’un Shakespeare est le résultat d’une sédimentation à travers les siècles. La proposition de Conejero se réclame de cette religion moderne des tv realité où les sentiments seraient magnifiques au seul prétexte qu’ils ne connaissent aucune censure; sauf qu’elle insuffle par sa mise en scène et son jeu, comédienne talentueuse,  la radicale poésie de Shakespeare. Et ça marche. Au fond, la reine Mab est une fée des rêves en cela que grâce à elle, et cela nous suffit, on peut choisir nos rêves sans demander qu’ils soient exaucés.  Ce Romeo et Juliette électrise nos psychés et touche ce rêve d’amour.

Auteur : William Shakespeare
Artistes : Thomas Silberstein, Marion Conejero, Luca Gucciardi, Pauline Marbot, Daniele Yondo, Paul Reulet, David Remenieras, Jean-Charles Garcia, Karl Philippe, Alexandre Gonin, Mateo Lavina
Metteur en scène : Marion Conejero
Costumière : Michèle Pezzin
Créateur lumière : Vincent Mongourdin

Crédit Photos : © Lisa Lesourd
Musique de Zerkalâ sur : https://soundcloud.com/zerkala