« TO BE HAMLET OR NOT » de Charlotte Rondelez au LUCERNAIRE

20 mars 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Année 1598 au Danemark : Hamlet, prince prisonnier de ses sombres pensées, ne cesse de vivre et revivre sa tragédie, telle une journée sans fin. Il rêve d’ailleurs, mais sans cesse ses pensées se brisent sur les remparts de la réalité. Suite à une étrange rencontre, Hamlet découvre qu’il n’est qu’un personnage de papier au destin écrit par son auteur. Il tente alors de se rebeller, et entreprend un voyage impossible aux sources de la création. 

Créée en 2013 au Festival d’Avignon puis mise en scène au Théâtre du Poche-Montparnasse la pièce de Charlotte Rondelez poursuit son aventure au Lucernaire et il s’agit de ne pas la rater.
Note de la rédaction :

Ne vous êtes-vous jamais demandé à quoi rêvent les personnages lorsqu’ils ne sont pas joués au théâtre ? Ne vous êtes vous jamais demandé où ils déambulaient entre deux représentations. Où est Godot pendant que nous l’attendons ? Où est Hamlet, Dom Juan, Macbeth ou même la volontaire Lady Macbeth lorsque ni écrasés par leur destin au bout de la plume de leur auteur, ni attrapés par le comédien de leur emploi, il peuvent goûter dans un monde parallèle à la liberté d’être.

Extraits : n’avez vous jamais vu la charme insoupçonné de la censure…Mais toi tu peux pas retourner dans ton monde mais moi c’est pas pareil je suis un champignon. Et je parle…

Charlotte Rondelez a écrit un texte intelligent, drôle, délirant et jubilatoire entre Tarentino et Woody Allen. Rien n’y est épargné à Hamlet, ni une rencontre avec un champignon qui a besoin qu’on lui masse la collerette ni l’affront d’être gommé de sa propre pièce renommée pour l’occasion « Claudius ». Le texte est merveilleux d’innovations et de surprises. Les acteurs impliqués n’économisent pas leur emploi. Un plateau tournant veut rappeler le théâtre historique de Shakespeare, le théâtre du Globe de Londres. Sous la fausse apparence d’une improvisation désordonnée, l’ensemble de la troupe joue cette farce joyeuse de façon accomplie, mention spéciale à Céline Espérin.

Le rire du public est émerveillé car le texte a ce talent que son bizarre parle de nos conflits intimes. Chacun de nous doit se diviser entre soumission au désir de son créateur et quête brûlante de (re)trouver une identité perdue. Etre Hamlet ou pas, voila bien toute la question. Et sous chaque rire  s’escamote autant que s’échafaude le frisson pour notre propre question.  En chacun de nous, il y a la voie tracée pour un héros, écrivait Lacan. La pièce de Charlotte Rondelez, et c’est son génie nous parle de ce héros là.

Crédit photos ©DR + Affiche

Auteur : Charlotte Rondelez
Artistes : Pauline Devinat, Céline Espérin, Julien Le Provost, Harold Savary et Cédric Villenave
Metteur en scène : Charlotte Rondelez


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: