« Timon d’Athènes » de Shakespeare mis en scène par Cyril le Grix à La Tempête

10 mars 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Pièce peu connue de William Shakespeare, Timon d’Athènes nous vient par Cyril Le Grix à La Tempête, grande salle dans une mise en scène enlevée qui honore le texte, et notre plaisir de le découvrir.

image

Un orchestre de jazz dans la fosse à jardin lance un chanteur qui dans la pénombre surgit et face à nous planté devant un micro pose l’intrigue ou du moins la contextualise dans un exercice aussi inutile que raté.  L’ambiance veut être à ce désespoir entre misanthropie  et confraternité des laissés pour compte que la musique de Jazz sait si bien figurer et donner en partage.

L’intrigue, la pièce est présentée par l’auteur comme une comédie, est à la Molière. Le riche Timon vit entouré de flatteurs qui profitent de ses largesses. Ruiné il découvre alors qu’aucun de ses amis n’est un soutien véritable et organise un dernier festin où il dira sa colère sa déception et son amertume. Il s’enfuit, et c’est l’acte V après un changement de décor spectaculaire, pour mener sur une plage désaffectée une vie de nazir jusqu’au jour où il découvre un trésor qu’il utilisera avec malice pour armer les adversaires d’Athènes.

Shakespeare explore ici les travers des hommes; égoïsme, avidité, orgueil aveuglent les personnages. Son propos est de décrire l’humanité lorsque elle se présente à nous décevante, au travers de la pensée de Timon et par effet de bord au travers des mésaventures de notre héros.

Cyril le Grix honore le texte dans une mise en scène digne des plus grands salles entre classicisme et modernité.  A l’adresse de la mise en scène (on oubliera vite le futile prologue) et de la scénographie s’ajoute une mise en espace contributive et  un jeu d’acteurs simplement parfait. Applaudissons en particulier Xavier Bazin dans son rôle à la Sganarelle et remercions Philippe Catoire, génial Estragon en  2016,  qui offre tout son talent au service de la pièce. Comme Shakespeare a centré son texte autour de la pensée de Timon, Cyril Le Grix a axé sa proposition sur le personnage de ce même Timon, et par identification à ce personnage nous cheminons dans sa pensée soutenus par l’interprétation admirable de Patrick Catalifo.

Un très bon Shakespeare donc à découvrir dans une salle qui parait presque trop petite.

de William Shakespeare
mise en scène Cyril le Grix
traduction Jean-Claude Carrière
(éditions Centre International de Création Théâtrale)
avec

Patrick Catalifo
Xavier Bazin
Philippe Catoire
Thibault Corrion
Thomas Dewynter
René Hernandez
Maud Imbert
Jérôme Keen
Alexandre Mousset
Carole Schaal