« Pour que tu m’aimes encore » de Elise Noiraud à La Comédie de Paris

6 avril 2016 Par David Rofé-Sarfati | 1 commentaire

13 ans et demi. L’âge des espoirs et des révolutions intérieures. L’âge, aussi, des années collège : ingrates, maladroites, et belles justement pour ça.

Le lieu sait prendre des risques. La volonté de son directeur de proposer ce théâtre à de jeunes espoirs  comme un incubateur en vue d’une programmation au Palais des Glaces est vertueuse et contributive de bonnes surprises.

Elise Noiraud est une bonne surprise.

Elise Noiraud nous offre un retour précieux sur cette adolescence que nous portons en nous. L’adolescence est un moment unique, impossible à vivre, impossible à dépasser et toujours impossible à raconter. Elise, 13 ans et demi va tenter de nous le faire vivre avec la force de son cœur gros de ces petits traumatismes dont l’importance qu’on leur prête sculpte à jamais le souvenir de cet instant inaugural d’une vie. Elise est secrètement amoureuse de Tony. Elise doit veiller sur sa mère dépressive. Fan de Céline Dion, elle prépare une danse en hommage à sa chanteuse préférée pour la fête du collège et sur le chemin de cette entreprise, elle construira les repères de sa vie d’adulte.

Elise Noiraud, a écrit le texte. Elle signe la mise en scène et interprète les personnages dans un seul en scène sensible et tendre. C’est une réussite. Le public de tout age rit et s’enthousiasme. Elle aura construit toute seule ce spectacle hilarant et émouvant qui pèche toutefois par l’absence d’un metteur en scène qui saura bientôt, et on lui souhaite, couper ici et là ce que l’auteure s’est refusée de perdre. Mais son énergie répare tout.  A la fin de la pièce, elle se coiffe de sa couronne de princesse rêveuse; nous avons envie de la prendre dans nos bras.

Talentueuse interprète que nous avions découverte en 2012 dans Italienne Scène au Off d’Avignon. A suivre de très près.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments