« Moderato » : pièce en appartement hypnotisante, ce week-end à Lyon

10 septembre 2016 Par Geoffrey Nabavian | 0 commentaires

Lors de sa présentation à Paris, cette adaptation de Marguerite Duras jouée par l’étonnante Audrey Liebot a su déployer son univers curieux, et faire naître le trouble, avec simplicité et talent. On attend le prochain projet de la Compagnie Magnolia : Sarah Kane en intégrale.

Audrey Liebot Moderato Cie MagnoliaA la sortie de l’ascenseur, on a été guidés jusque dans l’appartement. En face de nous, la comédienne Audrey Liebot se tenait prête. Avec juste, derrière elle, quelques immeubles. Les stores se sont baissés, et nous sommes partis pour quarante minutes dans le chapitre 7 de Moderato Cantabile. Le moment où Anne Desbaresdes, personnage principal, perd le contrôle d’elle-même en plein dîner, au cœur d’un espace domestique soudain ouvert à tous les courants de pensée.

« Le saumon », servi longuement, puis d’autres mets venant à la suite, décris avec pragmatisme par Marguerite Duras, avec entre eux, les idées et les gestes troublés de son personnage principal, pas loin d’être ivre… Un cadre qu’on a traversé juste à travers la voix et la présence, hypnotisantes, d’Audrey Liebot, entourée d’un dispositif minimaliste. Un jeu quasi immobile, avec quelques gestes qui se sont déployés en des moments précis, puis ont duré… Un micro et son socle, pour faire exister un espace grâce au son. Une lumière tamisée, un peu angoissante, produisant un curieux effet d’ombre derrière notre comédienne. Et les yeux de celle-ci, grands ouverts à l’excès, portés sur on ne sait trop quoi. Notre interprète décrivait-elle ce qu’elle voyait ? Et d’abord cette femme, face à nous : s’agissait-il d’un personnage romanesque, ou d’une voix issue d’une autre temporalité, ou encore d’Audrey Liebot disant le texte ? Les principes de l’« acteur-régisseur », technique initiée par le dramaturge, metteur en scène et régisseur Moreau, ici collaborateur artistique et metteur en scène, se sont faits sentir : être là, dire le texte entouré d’un minimum de moyens – juste assez pour ouvrir vers un ailleurs incertain – et limiter le cadre et les explications (1).

On a aimé, en tout cas, cet espace curieux créé par les petits échos de la parole dans le micro. Et l’absence de musique aussi, qui laissait sonner la diction ultra précise d’Audrey Liebot, finalement troublante. Cette sobriété a suffi pour figurer un monde, pour décaler ce cadre réaliste vers un ailleurs très incertain. Pour se trouver là, avec un texte, original, une voix, originale, une femme, originale, et une vraie sensation.

Audrey Liebot et la Compagnie Magnolia sont engagées dans un projet, à l’assez long cours : la création de l’intégrale des cinq pièces signées Sarah Kane, sous le titre de Please Open the curtains. La mise en scène de L’Amour de Phèdre a été réalisée en cet été 2016, à la Télhaie (56), avec les comédiens Anaïs Chartreau et Jérôme Feigean, qui y tenaient, à deux, l’ensemble des rôles. Auparavant, des étapes de travail sur Crave – ou Manque – et sur 4.48 Psychose avaient vu le jour. L’enjeu restant de donner à entendre les cinq textes de Sarah Kane à la suite, dans des mises en scène qui, selon les mots d’Audrey Liebot, « feront sans doute traverser au public plusieurs lieux », et transporteront les spectateurs du stade assis au déambulatoire. On aimerait beaucoup voir ces œuvres, porteuses d’une parole « urgente », qui « provient d’un endroit incertain », au cœur d’un travail aux parti-pris forts, tel celui effectué sur Duras.

(1) Le travail de Moreau est à découvrir ici et ici.

*

Moderato, d’après Marguerite Duras, un spectacle de la Compagnie Magnolia. Avec Audrey Liebot. Direction d’interprète et Mise en scène : Moreau. Régie : Anaïs Chartreau / Moreau. Présenté le samedi 10 septembre à Lyon.

Visuel : © Audrey Liebot


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: