La maladie de la mort : un voyage au bord de Duras par Katie Mitchell aux Bouffes du Nord

18 janvier 2018 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre de la Ville, les Bouffes du Nord accueillent jusqu’au 3 février l’adaptation par Katie Mitchell d’un récit de Duras, La maladie de la mort (1982) . Avec son dispositif de « performance cinématographique » la metteuse en scène anglaise transforme le récit métaphysique en thriller qui oublie de laisser place au vide.

« Ç’aurait été un mot-absence, un mot-trou, creusé en son centre d’un trou, de ce trou où tous les autres mots auraient été enterrés. On n’aurait pas pu le dire mais on aurait pu le faire résonner. Immense, sans fin, un gong vide, il aurait retenu ceux qui voulaient partir, il les aurait convaincus de l’impossible, il les aurait assourdis à tout autre vocable que lui-même, en une fois il les aurait nommés, eux, l’avenir et l’instant. Manquant, ce mot, il gâche tous les autres, les contamine, c’est aussi le chien mort de la plage en plein midi, ce trou de chair. Comment ont-ils été trouvés les autres ?« , Lol V. Stein.