« L’hôtel du libre échange » de Feydeau mis en scène par Isabelle Nanty à la Comédie Française

6 juin 2017 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Eric Ruf a demandé à l’actrice et metteuse en scène Isabelle Nanty de s’attaquer à L’Hôtel du libre-échange, de Georges Feydeau. Elle signe une mise en scène très classique sauvée par Florence Viala, Michel Vuillermoz et Christian Hecq.

L’hôtel du libre-échange dont il est question est sis 220 rue de Provence, un numéro qui n’existe pas dans la réalité d’une rue de Paris pas si longue. Pinglet, Michel Vuillermoz, entrepreneur en bâtiment marié à une femme peu séduisante, Anne Kessler, est épris de l’épouse de son ami et associé, l’architecte Paillardin. Madame Paillardin, Florence Viala, est lasse de son mari. Elle accepte un rendez-vous avec Pinglet. Les deux terminent leur soirée dans un hôtel de dernier ordre, l’hôtel du libre-échange. Monsieur Paillardin s’y trouvera également, et la bonne de Pinglet et le neveu de Paillardin, et même Mathieu, Christian Hecq un ami de province descendu à Paris avec ses quatre filles.

L’intrigue comique est posée et se déploiera en multiples mensonges et quiproquos. La troupe du Français regroupe, on le sait, d’immenses talents. Laurent Lafitte tenancier d’hôtel borgne et crooner à la Gabin est drôle et inattendu. Michel Vuillermoz est le magnifique ordonnateur de combines extra-conjugales. Florence Viala est une magnifique épouse qui tient à sa part de bonheur, une hystérique impressionnante d’humanité qui transperce le voile misogyne et phallo de la pièce. Et Christian Hecq pousse encore un peu plus son talent.

Les costumes de Christian Lacroix finissent la perfection de l’ensemble. La salle rit durant 2h20 par les situations de vaudeville et les pantalonnades orchestrées par un Michel Vuillermoz saisissant, et aussi grâce à la gouaille de Laffite, la profondeur de jeu de Viala et la virtuosité de Christian Hecq en avocat bègue. Les applaudissements sont soutenus et mérités. Sauf que Feydeau est affaire de vitesse. Isabelle Nanty a vu certainement le Fil à Patte de Jérôme Deschamps dans la même salle en 2010 (l’entrée de Christian Hecq accoutré de ses quatre filles rappelle la mise en scène de Deschamps). Mais, sans doute par peur de cette maison si talentueuse, sa mise en scène ne parvient pas à attraper le rythme ni la vitesse propre à Feydeau.

Crédits Photos © Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française.

 

INFORMATIONS PRATIQUES 
Mise en scène Isabelle Nanty
Scénographie et costumes : Christian Lacroix
Lumières : Laurent Béal
Arrangements musicaux : Vincent Leterme
Travail chorégraphique : Xavier Legrand
Assistanat à la mise en scène : Stéphanie Leclercq
Assistanat à la scénographie : Philippine Ordinaire
Anne Kessler : Angélique, femme de Pinglet
Bruno Raffaelli : Chervet et le Commissaire
Alain Lenglet : Ernest
Florence Viala : Marcelle, femme de Paillardin
Jérôme Pouly : Paillardin
Michel Vuillermoz : Pinglet
Bakary Sangaré : Boulot
Christian Hecq : Mathieu
Laurent Lafitte : Bastien
Rebecca Marder : Violette, fille de Mathieu
Pauline Clément : Victoire, femme de chambre de Pinglet
Julien Frison : Maxime, neveu de Paillardin
Comédiens de l’Académie :
Fille de Mathieu : Marina Cappe
Commissionnaire : Tristan Cottin
Fille de Mathieu : Ji Su Jeong
Fille de Mathieu : Amaranta Kun
Commissionnaire : Pierre Ostoya Magnin
Commissionnaire : Axel Mandron

Salle Richelieu
Du 20 mai 2017 au 25 juillet 2017