« L’HISTOIRE D’UNE FEMME » TEXTE ET MISE EN SCÈNE PIERRE NOTTE au POCHE MONTPARNASSE.

11 avril 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Parce qu’il a assisté à une scène de harcèlement, Pierre Notte a écrit une chronique du sexisme ordinaire. Un texte où une femme dans un acting out va dire combien elle n’en peut plus d’avoir à supporter une société d’hommes. C’est brillant et délicat comme toujours chez Notte.

slide-page1

« J’ai vu un homme à vélo, se rapprocher d’une passante…lui mettre une main aux fesses, et repartir en riant. La femme s’est effondrée, au milieu de la route qu’elle traversait. Je me suis approché…elle m’a rejeté, parce qu’elle a vu en moi une autre menace, un autre danger masculin. » écrit Pierre Notte.

Cependant que la salle se remplit Muriel Gaudin anime un quiz avec les premiers spectateurs. Un quizz où il est question des discours sexistes tenus par des femmes car à l’époque du voile et de l’excision il est bon de rappeler que les plus farouches garantes de l’ordre machiste et ses supplétifs les plus actifs sont des femmes.

Mais notre personnage en a marre de cette violence symbolique et muette, de cette tension permanente, des petites humiliations, des discriminations, des agressions verbales, des attouchements. Muriel Gaudin, pieds nus, pantalon noir, bras nus, est cette combattante, une bouteille d’eau dans une main, un verre dans l’autre. Car son combat dans un monologue puissant et féroce va lui donner soif. Aussi par ce que sans illusion peut être elle compte la dessus et bois de l’eau.

Muriel Gaudin est admirable de justesse devant le texte de Notte car elle sait rendre une colère qui se veut réfléchie et élaborée. On connait Notte plus transgressif, plus délirant ou onirique. La fausse retenue de ce texte kaléidoscopique accompagnée par le jeu précis de Gaudin propose une pensée brillante et un spectacle épatant.

Texte et mise en scène Pierre NOTTE

au Théâtre de Poche-Montparnasse
75 bd du Montparnasse, 75006 Paris 
DU 17 MARS AU 7 MAI 2017 – Du jeudi au samedi 19h dimanche 17h30
Avec Muriel GAUDIN
Lumières Antonio de CARVALHO
Durée 1h10