« Lettre d’une inconnue » de Stefan Zweig , mis en scène par Denis Lefrançois

12 septembre 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Consumée toute sa vie par sa passion dévorante pour R., une femme livre sa confession ultime dans une lettre bouleversante.

« Tu dois tout savoir de ma vie, qui a toujours été à toi et dont tu n’as jamais rien su. »  Tel est l’ultime projet d’une inconnue qui s’adresse à R, célèbre romancier viennois, alors qu’elle va mourir. Comme souvent chez Zweig la lettre-testament et le  récit s’emboîtent pour nous rendre témoins de la passion déraisonnée de cette femme et de ce que cette passion constitue un radical ratage.

L’interprétation est une réussite et elle touche juste, cependant ou peut être parce que Laetitia Lebacq joue, proposition nouvelle de sa lecture, une colère non contenue et sans cruauté cachée. Or sans la retenue des émotions du texte original, il est moins aisé d’expliquer le final où par une colère rentrée cette femme pourra en dernière analyse ne punir qu’elle même. Pourtant par son engagement la comédienne parvient à nous faire parcourir ce chemin sinistre puis funèbre d’une femme belle mais triste, jeune puis vieille sans en jamais connaitre maturité. C’est ici, doublée de la rigueur et de la pluralité du jeu que cette « Lettre d’une inconnue » offre du nouveau et du reste à penser, qu’elle est donc du bon théâtre. Ce bel hommage de Lebacq au texte de Zweig absout la mise en scène scolaire et trop riche.


Auteur : Stefan Zweig

Artistes : Laetitia Lebacq
Metteur en scène : Denis Lefrançois


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: