« LE FANTÔME ET MRS MUIR » de R.A. Dick à la PRÉSENCE PASTEUR [AVIGNON OFF]

24 juillet 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

L’histoire signée R.A. Dick d’un amour incroyable au romantisme extrême entre Mrs Muir et un fantôme donne lieu dans la grande salle de la Présence Pasteur à une pièce magnifique à la réalisation juste et subtile. Et si ce fantôme n’existait pas? 

fantome_c_jean_francois_delon_

« Le Fantôme et Mrs Muir » est l’adaptation théâtrale du roman de R.A. Dick dont J.L. Mankiewiecz a tiré un film avec Gene Tierney et Rex Harisson en 1947.

L’histoire se passe en Angleterre après la seconde guerre mondiale. La veuve Lucy Muir décide de quitter sa belle famille pour partir vivre avec ses enfants dans une maison au bord de la mer. Elle veut réaliser son rêve: écrire. La maison louée est hantée par le fantôme du Capitaine Greeg, un fantôme qui va très vite la fasciner. Avec l’aide de sa gouvernante Martha (Paula Brunet Sancho est une Martha plus vraie que nature) Mrs Muir (épatante et désarmante Catherine Aimerie) s’installe dans cette maison du bord de mer; elle rencontrera un futur cinéaste, Miles (Stéphane Olivié Bisson parfait), et entretiendra une rapide liaison avec lui. Au contact du fantôme (Peter Bonke maîtrise l’emploi et excelle dans cet irréel) et animée par une foi en elle, Mrs Muir affirme sa personnalité et devient une écrivaine célèbre.

L’intrigue tisse ainsi le parcours en compagnie d’un fantôme d’une femme qui se souhaite libre. L’histoire de cette rencontre hors du commun nous est contée dans une mise en scène envoûtante réduite à deux tables et deux chaises et à une mise en lumière somptueuse et efficace. Etayée par le jeu accompli des comédiens, la mise en scène de Michel Favart constitue une magnifique proposition. Le vaste plateau de la grande salle est laissé vide, abandonné aux lumières de Jean-Louis Martineau qui stimulent nos imaginaires et parviennent à créer le fantastique.

Interprète(s) : Catherine Aymerie, Peter Bonke, Paula Brunet Sancho, Stéphane Olivié Bisson
Adaptation : Catherine Aymerie
Mise en scène : Michel Favart
Assistanat : Julien Favart
Création et régie lumière : Jean-Louis Martineau
Scénographie et costumes : Sandrine Lamblin
Création Musique : Jean-Marie Sénia