Le Carolina Show ou la première émission de télé sans caméra

18 mai 2016 Par Romeo Fratti | 0 commentaires

Image pour l'article sur le Carolina Show
Ibérique comme un jamón, hystérique comme un crustacé dans une paella végétarienne, tortillante (on parle de la silhouette) comme les tortillas qu’elle offre à ses invités, Carolina propose le plus chaud des shows. Au menu : des personnalités culturelles, des artistes qui font l’actu, lesdites tortillas préparées par Juan Carlos (qui manquent un peu de sel selon Jacques Sanchez) et les macarons sans gluten de Papy Bio (à manger avec les tortillas).

Que les lectrices et les lecteurs se rassurent, on va essayer de dés-herméneutiser le paragraphe ci-dessus. Carolina est belle comme un pan tumaca catalan, blonde comme les champs de blé en Andalousie et son sex-appeal de matadora des mâles apporte à lui seul une contribution de dix degrés au réchauffement climatique. Meilleur ami de Carolina, Juan Carlos sait que la parole est d’argent, mais n’en oublie pas moins que le silence est d’or : souriant et silencieux, il prépare en live ses tortillas sur scène. Voilà qui est sans doute moins hermétique…

Ce décor a quelque chose de surréel et pourtant il n’y a rien de plus vrai : Carolina et Juan Carlos accueillent des personnalités et des artistes issus du monde de la culture, sur la scène du Théâtre Trévise, dans une réalisation qui imite et caricature avec délice le cadre d’une émission télévisuelle. Même les tortillas et les macarons sont authentiques. Reprendre et parodier le format d’une émission de télévision sur une scène de théâtre, il fallait oser ! C’est désormais chose faite, et avec la manière.

Si le Carolina Show était un roman, Charles Baudelaire parlerait de « genre bâtard »; au-delà de cet apparent commentaire de bâtard il y a tout de même une sacrosainte vérité : ce spectacle est inclassable et c’est là sa grande réussite. Tout à la fois émission, comédie, concert, entretien multiple et repas gastronomique espagnol (mieux vaut ne pas imaginer ce que dirait Baudelaire), ce spectacle protéiforme, vibrant et haut en couleur est un paradoxe à l’humour truculent et déjanté, qui ne cesse jamais de surprendre. Une très belle rencontre entre l’art et les médias, un brin potache, qui ne manque pas de justesse, notamment en ce qui concerne l’obsession médiatique pour le corps féminin.

Bien moins conformiste qu’une œuvre d’art, bien plus décalé qu’une émission, le Carolina Show est un concept pour tous publics, qui constitue à lui tout seul une excellente raison d’aller au théâtre.

Roméo Fratti

@RomeoRNF

Plus d’informations sur : http://www.carolina-show.com/


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: