« La Cantatrice Chauve » et « La Leçon » de Ionesco au Théâtre de La Huchette

26 août 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Depuis prés de soixante ans le théâtre de La Huchette reste fidèle à une recette tragi-comique, appréciée de déjà deux millions de spectateurs. Le spectacle Ionesco composé des deux piéces apparaît dans le  « Livre Guinness des records » : il détient le record du monde du spectacle qui se joue sans interruption dans le même lieu depuis 57 ans. Il s’agissait d’aller vérifier que cette répétition était vertueuse.

« La Cantatrice Chauve » est une critique de la société contemporaine bourgeoise tandis que dans « La Leçon », un professeur timide mais psychopathe se bat contre une élève insolente, aussi bête qu’orgueilleuse. C’est un pari réussi et une chance unique que de voir les deux pièces à la suite car apparaît encore plus vivant la drôlerie de Ionesco et l’humour de son ambition dramatique mais aussi la vrai raison de l’absurdité de ses pièces. Il se cache derrière son légendaire sourire le désespoir d’une vie qui ne trouve pas sens. La langue de Ionesco est comptable de cela, elle ne dit rien car mortels nous n’avons rien à dire qui aurait du sens. La vie vaut elle d’être vécue autrement qu’au sein de cette folie des Smith, des Martin ou du professeur de la Leçon, folie qui seule préserve de la radicale mélancolie de notre condition humaine?

Souvent représentée dans des partitions souvent inventives, parfois géniales (adaptation décapante en ce moment au Belleville), la mise en scène de Nicolas Bataille et de Marcel Cuvelier, les décors de Jacques Noel proposent un classicisme de ces désormais gardiens du temple contributif de notre envie de Ionesco.

L’interprétation participe de l’hommage et les comédiens évitent à l’oeuvre toute fatigue. Vu avec la généreuse Francoise PinkWasser, Roger Defossez, parfait,Valérie Jeannet, Yvon Martin, le fameux Jean Pierre Ducos, la merveilleuse Marie Cuvelier, Lucie Barret au talent encore fragile mais  émouvante et Michel Ouimet, formidable professeur.

Au milieu du quartier Saint Michel, entre les restaurants à touristes et les bars à gogos, faut y aller, se glisser vers le Théâtre de la Huchette pour rire (beaucoup) en redécouvrant Ionesco.

Crédit photos -©-Phélip


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: