Jérusalem Plomb Durci remporte le premier prix du Festival Impatience

20 juin 2011 Par
Christophe Candoni
| 0 commentaires

Impatience 2011, le festival des jeunes compagnies instigué par Olivier Py, l’actuel directeur du théâtre de l’Odéon s’est terminé samedi soir. Après une semaine de représentations assurées par huit compagnies à l’Odéon, aux Ateliers Berthier et au 104, les prix ont été décernés par le public et les professionnels. Si les spectacles proposés lors de cette édition qui vient de s’achever sont loin d’avoir convaincus unanimement notre rédaction, l’un d’eux s’est distingué comme le coup de cœur de Toute la culture, et c’est le gagnant : « Jérusalem Plomb Durci » remporte le prix du jury et se voit attribué une dotation financière de 7000 euros.

Le jury de professionnels présidé par Judith Henry et constitué d’importantes figures de la culture et du spectacle vivant telles que Laure Adler (journaliste), Mathieu Bauer (metteur en scène et directeur de théâtre), Emmanuelle Bouchez (journaliste), Claudine Gironès (ancienne directrice de théâtres et du festival Turbulences), Gildas Milin (auteur, metteur en scène et comédien), Fabienne Pascaud (journaliste, directrice de la rédaction de Télérama), Jean-Louis Perrier (journaliste), Jean-François Perrier (comédien), Christophe Rauck (metteur en scène et directeur de théâtre), Pierre-François Roussillon (directeur de théâtre), et Nadia Vonderheyden (comédienne) a donc remis son prix à la pièce  « Jérusalem Plomb Durci – voyage halluciné dans une dictature émotionnelle », une performance de Théâtre Documentaire de Winter Family conçu par Ruth Rosenthal et Xavier Klaine qui ont également assuré la mise en scène et la scénographie.

Voir ICI la critique d’Amélie Blaustein-Niddam

Nous n’avons pas pu voir « Asalto al agua transparente », un spectacle donné en espagnol par la Compagnie mexicaine Lagartijas tiradas al sol  au 104 pour l’ouverture du festival, il a été le favori du public qui a remis son prix à ses créateurs Luisa Pardo & Gabino Rodríguez.

Soucieux de l’accompagnement de ces artistes, Olivier Py a choisi de programmer deux pièces du dernier festival Impatience lors de la prochaine saison : on pourra voir ou revoir « Le Chagrin des ogres » de Fabrice Murgia (prix Odéon-Télérama 2010) pendant le mois d’octobre aux Ateliers Berthier et Les Souffrances de Job de Hanokh Levin et mis en scène Laurent Brethome (prix du public 2010) en janvier.

 

Jérusalem Plomb Durci remporte le premier prix du Festival Impatience