J’ai peur quand la nuit sombre, une pièce lacanienne écrite et mise en scène par Edith Amsellem d’après le Chaperon rouge

27 mai 2018 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Edith Amsellem revisite la légende du Chaperon Rouge pour proposer un spectacle déconseillé aux moins de 12 ans sur les relations méres-filles, le patriarcat ou le mouvement metoo. L’ensemble est étonnant, contributif et joyeux.

Un sujet galvaudé et pourtant

Le sujet est actuel. On y parlera de l’auto défense à apprendre aux femmes qui se sont habituées depuis si longtemps à éviter de sortir vers un dehors réputé masculin; la pièce aborde par ce biais la problématique du harcelement parfois avec un phrasé de banlieue plus réel que nature. On parlera aussi avec application des règles féminines ou de la ménopause. A chaque fois, cette parole de femmes jetée au public au milieu de cette nature sauvage est un moment rare de théâtre.

Edith Amsellem a un but, celui de raconter la femme dans ces peurs, de la puberté à la ménopause et, c’est vertueux, en traversant la peur intériorisée depuis des siècles, atavique et légitime. Elle réussit à nous faire résonner ces terreurs la nuit dans ce lieu hors-les-murs et mystérieux. La pièce est riche de cela.

Elle réussit autre chose, celle de déplier la question des relations mères-filles dans une lecture lacanienne. Une femme lorsqu’elle va bientôt devenir mère pour la première fois revisite mentalement la relation à sa mère. Cette proximité de pensée dans le temps, cette métonymie lacanienne va associer pour toujours la petite fille qui va naitre à sa grand-mère. La petite fille, le Chaperon Rouge sera utilisée désormais par sa mère comme l’outil de mise à distance en même temps que l’organe de médiation entre celle-ci et sa propre mère. Le fil rouge présent partout dans la pièce tricote la chose commune non encore verbalisée entre les personnages, il est le fantasme. Par la teneur de son texte et son dispositif inédit, la pièce d’Edith Amsellem est indiscutablement prégnante et réussie.  

J’ai peur quand la nuit sombre
Adaptation et mise en scène Edith Amsellem
D’après des versions du Chaperon rouge issues de la tradition orale
Une programmation commune la Criée et Le Merlan, Scène nationale de Marseille. Coproduction La Criée
Avec Yoann Boyer, Laurène Fardeau, Laurence Janner, Lou Montézin, Anne Naudon
Création sonore et musique : Francis Ruggirello
Scénographie : Edith Amsellem, Laurent Marro, Charlotte Mercier, Francis Ruggirello
Création costumes :  Aude Amédéo travail autour du tricot Charlotte Mercier
Coiffures et maquillages : Geoffrey Coppini régie générale Laurent Marro
Régie son : William Burdet

Crédit Photos Antoine Icard

Prochaines dates :
8 et 9 juin 2018 Théâtre de Châtillon
Juillet 2018 Festival Scènes de Rue à Mulhouse
19 au 21 juillet 2018 Festival In Chalon dans la rue
Production ERD’O
Coproduction Le Merlan scène nationale de Marseille, La Criée, Théâtre national de Marseille, Le Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille), Le Théâtre de Châtillon, La Passerelle scène nationale de Gap, Le Citron Jaune – Centre National des Arts de la Rue, Lieux Publics Centre National de Création en espace public