« Hotel Feydeau » de Lavaudant à l’Odéon

14 janvier 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Georges Lavaudant est de retour à l’Odéon qu’il a dirigé de 1996 à 2007 avec une proposition pot-pourri de quatre courtes pièces de Feydeau dans un découpage inédit et délétère.

 

hotel-feydeau_thierry-depagne-3

Georges Lavaudant connaît bien son Feydeau. Plutôt que de présenter l’intégralité de ses dernières comédies courtes, Lavaudant en a tiré une sélection à la façon de la séquence du spectateur pour une traversée rapide de l’univers du maître du vaudeville. Entre chaque zapping, on chante et on danse entre jazz et salsa.

Le théâtre de Feydeau, incontournable du patrimoine, se distingue par trois attributs indissociables de son esprit et de son oeuvre. D’abord une mécanique qui est sa signature faite d’un rythme ténu où les tirades, les claquements de portes et les sonneries s’orchestrent telle une symphonie de sous texte et de signifiants. Ensuite des chutes humoristiques qui font retour de toute la pièce. On ne découvre qu’à la fin pourquoi Léonie est en avance ou pourquoi Lucien regrette que la mère de madame ne soit pas morte.

Georges Lavaudant connaît bien son Feydeau et il aura soigneusement démoli les deux spécificités emblématiques du maître du vaudeville ; et son Monsieur Chouilloux ne rencontrera jamais l’amant de sa femme. Et ceci ne semblant pas suffire à ce massacre, les intermèdes copiés sur PALACE de Jean-Michel Ribes viennent détruire le troisième attribut, l’âme même de Feydeau, le scepticisme et la défiance de ce misanthrope blessé qui aura toute sa vie interrogé ce qui se cache de désespoir derrière la loi patriarcale, derrière les pères et les époux, lui à la généalogie complexe et au père déficient.

Reste la performance de André Marcon, celles de Lou Chauvain et de Grace Seri qui tentent par leur talent, mais sans y parvenir, de sauver le pauvre Georges Feydeau.

Crédit Photos© Thierry Depagne

D’après Georges Feydeau
mise en scène Georges Lavaudant
avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Lou Chauvain, Benoit Hamon, Manuel Le Lièvre, André Marcon, Grace Seri, Tatiana Spivakova

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *