« EN ROUTE-KADDISH » de DAVID GESELSON

24 mars 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

David Geselson et et Elios Noel se sont emparés du sujet impossible : le conflit israélo-palestinien. Ils ont réussi à ne rien oublier ni la réalité de la construction de l’état juif sur les zones désertes, ni le tragique destin des villages arabes abandonnés en 48.

Ce n’est pas une pièce mais un projet selon David Geselson, son auteur. La chose est expérimentale, entre conférence et performance dramatique.
Plein feu, David Geselson s’approche du public, tasse de café chaud en main et s’enquiert de notre bonne installation et du confort général de la salle. Puis il entame le récit de la vie de Yehuda Porat, son grand-père, nous tendant régulièrement des photos de ce grand-père aux oreilles décollées ou de Haiké son amour d’enfance. Et les photos circulent au sein du public.
Et l’histoire se déploie. Yehuda Porat décide de quitter son shtetl lituanien dans les années 20 pour s’installer en Palestine dans l’un des premiers kibboutz. Tout à cette évocation du début des kibboutz sous mandat britannique l’auteur nous raconte son admiration et son amour tendre pour ce grand père amoureux et romantique. Puis le téléphone sonne et l’auteur Geselson passe la main à sa créature fictionnelle dans une scène toute simple et merveilleuse. Elios Noël va incarner le grand père Yehuda.
Et commence le dialogue entre ce grand père qui a sauvé sa vie en participant à la création de l’état d’Israël et son petit fils. David Geselson nous propose un voyage au long d’une vie, la petite histoire d’un proto-sioniste à la rencontre de la grande histoire. La scénographie ingénieuse accompagne l’alternance d’une conférence pédagogique et d’une incarnation nostalgique et émouvante.
La dernière scène est une disputation fine sur l’origine du conflit entre les Juifs palestiniens et les Arabes palestiniens, et au loin sur les doutes et la culpabilité de l’auteur, héritier de cette histoire lourde. La confrontation entre les deux hommes enjambant une génération pose et le besoin de dire les vérités et la nécessité de se taire, de ne plus couvrir de mots une réalité historique que souvent ces mêmes mots envisagent de détruire. Une magnifique leçon d’optimisme ancré dans le passé.

https://youtu.be/bB8WuRyaZqk

Crédits Photos ©DR + Affiche

Texte, mise en scène et interprétation. David Geselson. Collaboration à la mise en scène et interprétation Elios Noël. Collaboration à la mise en scène et regard extérieur Jean-Pierre Baro. Scénographie Lisa Navarro. Lumières Jérémie Papin. Vidéo Jérémie Scheidler. Son Loïc Le Roux. Photo de Charlotte Corman.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: