Eblouissant Splendid’s par Arthur Nauzyciel

21 janvier 2015 Par
Christophe Candoni
| 2 commentaires

En montant Splendid’s, précédé d’Un Chant d’amour, de Genet, Arthur Nauzyciel magnifie la beauté virile et ambiguë d’une bande de malfrats dans les derniers instants qu’il leur reste à vivre. Sa mise en scène, qui s’apparente à une fantasmagorie monocolore tout en vert émeraude, fait se mêler avec incandescence le désir et la mort.