« Madame Bovary » de Flaubert adapté et interprété par André SALZET au Lucernaire.

9 juillet 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Aprés son adaptation du Joueurs d’Echecs de Sweig André Salzet nous revient au Lucernaire avec cette fois l’ adaptation de Madame Bovary. La langue de Flaubert résonne dans la bouche du comédien conteur qui par une nouvelle lecture lève le voile sur un récit sacrément intéressant.

madame-bovary

André Salzet entre en habit d’époque. Il sera tour à tour Flaubert, madame Bovary, ses amants, le pharmacien et Charles Bovary. Il incarne chaque personnage avec tout le talent que nous lui connaissons, son vrai pari (gagné) est de se succéder à lui même.

Le point de vue est celui de Charles Bovary. Salzet raconte un roman qui s’appellerait Monsieur Bovary, (Britannicus n’est-il pas l’histoire de Néron?). Charles Bovary épouse Emma, une jeune fille rêveuse et mystique qui puise son imaginaire dans les romans. Un irrémédiable fossé se creuse entre les époux. Emma échappe en rêve à la vie provinciale ennuyeuse, cynique et mesquine. On retrouve avec gourmandise la description de la bêtise égoïste, sadique, vénale et crasse de la petite bourgeoise de Rouen, la ville qui se croit encore capitale, avec collusion de notables, mesquinerie corrompue et jalousie infâme mais contrite
Madame Bovary n’aura de cesse de poursuivre son rêve d’un amour palpitant calqué sur ses lectures et de mépriser un mari forcement trop banal.
Elle rêve d’une vie faite de bals et de réception et d’un mari qui serait un autre.
La péripétie de la chirurgie ratée d’un pied bot par Charles Bovary, officier de santé se croyant médecin est retirée de l’adaptation de Salzet car il pourchasse une autre Emma que la femme déçue par la vie et par son époux. Le mari redoublant d’attention et prenant tous les risques pour briller devant sa femme est abandonné au profit d’un couple qui se rate, qui s’éloigne, où le mari ne comprend plus sa femme sans cesser de l’aimer, où la femme s’enferme dans une bulle et décroche de la réalité, côtoie le délire.
Dans l’adaptation de Salzet Emma frôle la folie et la neurasthénie qu’elle aménage en rêveries naïves ou  en dépenses luxueuses chez son marchand d’étoffes. Si elle trompe son mari ce n’est pas qu’elle se venge de lui mais pour tomber dans le romanesque comme l’on tombe en maladie.

La plume de Flaubert est restituée avec la justesse des portraits, l’humour féroce et le sort tragique des êtres sous l’ironie de leur imaginaire. Salzet nous restitue tout cela, et la folie d’Emma. Lorsque, illuminée elle s’avoue dans un souffle –J’ai un amant!, elle nous effraie autant que ses amants qui se lasseront vite de son sentimentalisme exacerbé.

Lorsqu’elle découvre qu’elle a tout perdu et ses amants et toute possibilité de continuer ses dépenses thérapeutiques, elle se suicide dans un acting aussi ostentatoire que romanesque. Elle se met en scène dans un ultime rebondissement de son roman intérieur.

Salzet creuse le versant psychotique de l’héroïne de Flaubert. Au fond après La colonie pénitentiaire et Le joueur d’échecs, Madame Bovary serait le troisième volet de son travail sur la folie lorsque celle ci est énigmatique à nous tromper et qu’elle s’escamote sous les mensonges de l’imaginaire de celui ou celle qui se raconte une histoire, une fiction. Et si le roman de Flaubert était un roman enchâssé dans un autre, celui de l’imaginaire délirant de Emma.

Gustave Flaubert a consacré cinq ans de sa vie à ce roman; il  disait : Ah! La Bovary, il m’en souviendra !  Nous nous souviendrons longtemps de cette interprétation de André Salzet pour son talent que nous retrouvons avec bonheur et pour l’intelligente lecture du roman.

.

Aussi, André Salzet est actuellement en tournée avec Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig, La Colonie penitentiaire de Franz Kafka et Rêves d’amour d’après Guy de Maupassant.

MADAME BOVARY
DE GUSTAVE FLAUBERT
Adaptation ANDRÉ SALZET ET SYLVIE BLOTNIKAS
Mise en Scène SYLVIE BLOTNIKAS
Voix OFF PIERRE FOREST
Création Lumière YDIR ACEF

Au Théâtre Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris

Durée : 1H05
DU 10 JUIN AU 3 SEPTEMBRE 2017
DU 10 JUIN AU 9 JUILLET 2017 D U M A R D I A U S A M E D I À 1 8 H 3 0 E T L E D I M A N C H E À 1 6 H
DU 12 JUILLET AU 27 AOÛT 2017 DU MERCREDI AU SAMEDI À 18H30 ET LE DIMANCHE À 16H
DU 29 AOÜT AU 3 SEPTEMBRE 2017 DU MARDI AU SAMEDI À 18H30 ET LE DIMANCHE À 16H