« Boire ou séduire », une pièce à consommer sans modération au Mélo d’Amélie !

25 septembre 2017 Par
Magali Sautreuil
| 0 commentaires

En ce moment et jusqu’au 31 décembre 2017, au Mélo d’Amélie, à Paris, se joue une pièce hilarante, pleine de rebondissements, un véritable bouffée de bonne humeur ! Mais, au-delà des apparences, « Boire ou séduire » emprunte les chemins de la comédie pour parler de sujets plutôt sérieux…

boire_ou_seduire

La pièce se déroule à Paris. Jean-Régis de La-Motte-Saint-Pierre cherche un nouveau locataire pour son appartement, ou plutôt celui de son épouse. En effet, cet aristo sans le sou vit entièrement aux crochets de sa femme, Anne-Sophie, une experte en « houspillage » selon lui. Le couple réside à Lyon, mais Jean-Régis fait des escapades régulières à Paris pour voir sa maîtresse, Gwenaëlle, une snobinarde parisienne à son image. Un grand classique du vaudeville.

Mais là débarque Bertrand, ou plutôt Béber ! Ce provincial décontract’, aux conditions d’hygiène douteuses, vêtu d’un survêt’ à deux balles acheté chez Emmaüs, est la définition même du beauf ! Loin de correspondre aux critères du locataire idéal, chômeur de surcroît, il se présente néanmoins devant Jean-Régis pour visiter l’appartement, sur recommandation… d’Anne-Sophie. Contraint de jouer le jeu, le mari éprouve un certain dégoût envers cet étrange spécimen avec qui il sera bientôt obligé de passer la nuit avec son amante. La visite de l’appartement, à cause d’un concierge un peu trop pressé, va rapidement tourner au huis-clos et favoriser les révélations…

Des personnes qui ne sont pas du même milieu et qui ne seraient jamais rencontrées en d’autres circonstances vont ainsi se retrouver confrontées dans un espace réduit et fermé, les forçant à sortir de leur zone de confort, à s’extirper de leur « vie de merde » et à prendre du recul sur eux-mêmes. Sur fonds de musiques de culture pub, de clichés, de faux-semblants, de jeux de rôle et de séduction, les trois compères malgré eux vont se livrer à une expérience sociale. Petit à petit, ils vont s’ouvrir les uns aux autres et partager leurs douleurs…

À cette occasion, on découvrira que Béber souffre du syndrome de Korsakoff, une maladie similaire à Alzheimer due à l’alcool, qui provoque des pertes de mémoire. Mais au-delà de cette pathologie, ce qui ronge Bertrand de l’intérieur : c’est la solitude, le grand drame de notre société !

Malgré le drame qui se joue devant nos yeux, le ton décalé de la pièce et sa légèreté désamorcent totalement le côté tragique de l’histoire. Par exemple, les absences de Bertrand sont utilisées pour jouer sur le comique de répétition, ce qui donne l’impression à Jean-Régis et à Gwenaëlle de vivre « un jour sans fin ».

Interprétés par des acteurs au mieux de leur forme, qui ont le sens de la partie, la pièce vous fera à coup sûr passer un bon moment de franche rigolade, et, pour ceux qui sauront lire entre les lignes, vous fera réfléchir sur quelques maux de notre société comme l’alcoolisme et la solitude.

Petit conseil de la rédaction : Arrivez assez tôt pour éviter d’être assis au dernier rang, face au poteau, qui nuit gravement à la visibilité de la scène. Prévoyez également de quoi vous mettre à l’aise : il fait très chaud dans la salle. Vous comprendrez pourquoi en allant voir la pièce !

9bf156d091b723ec2472c9ed9826c916

La salle et son fameux poteau

Informations pratiques :

Titre : « Boire ou séduire »

Genre : Comédie

Auteurs et metteurs en scène : Sébastien Bonnet et Régis van Houtte

Costume : Arnaud Caron

Décor : Nils Zachariasen

Lumière : Benoît Darricarrère

Distribution : Sébastien Bonnet dans le rôle de Bertrand, alias Béber, Régis van Houtte dans celui de Jean-Régis de La-Motte-Saint-Pierre et Marinelly Valson dans celui de Gwenaëlle

Lieu : Mélo d’Amélie – 4 rue Marie Stuart – 75002 Paris – M°4 « Etienne-Marcel »

Dates et horaires : Du 14 au 31 décembre 2017, du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 16h

Durée : 1h30 environ

Visuels : © Mélo d’Amélie