[Avignon Off] Quand Christophe Rauck chorégraphie Rémi De Vos

8 juillet 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Le directeur du CDN Lille Tourcoing Nord-Pas de Calais est dans le Off d’Avignon. Déjà, en soi, cela est une information. Ensuite vient une question : pourquoi Toute ma vie j’ai fait des choses que je savais pas faire n’est pas programmé au Festival d’Avignon ? En tout cas, le niveau est là.

Note de la rédaction :

Il ou elle est allongé-ée là, autour d’il ou elle est tracé son corps en craie de flic. Il ou elle est mort-e. Derrière il ou elle il y a un mur qui laisse passer la lumière. Puis une voix étouffée sort d’outre-tombe, de sa bouche à il ou elle. « Ok, les gars, écoutez-moi. C’est pas moi qui ai commencé ».

Mais quoi ? Il est en fait elle. Et c’est pour elle, pour Juliette Plumecoq-Mech que le rôle est fait. Elle est habillée comme un mec, sweat à capuche et rangers aux pieds. Elle a les cheveux courts. Elle ne quitte pas le sol, elle se soulève un peu. Au sol, qui est l’endroit où elle a échoué, elle danse. Son récit est une danse macabre et en même temps tellement rempli de cynisme que l’on rit souvent. Un mec dans un bar est pris pour cible par un autre, sans aucune raison. Le mec se fait insulter, se fait traiter de « pute, d’enfoiré », pour le plus classieux. Le texte de Remi Devos est un bloc de quinze pages sans respiration. La comédienne, époustouflante doit donc couper et rythmer de ses yeux, de ses mains qui empoignent l’autre qui n’est pas là. Elle court, elle glisse, elle attaque, tout cela sans jamais se hisser plus haut que ses genoux.

La mise en scène pure et raide de Rauck est un bijou, un clair-obscur glabre qui accompagne parfaitement ce texte sur une folie, une démence, une injustice. C’est juste l’histoire d’un mec qui était à la mauvaise place, au mauvais moment et cela donne une petite bombe.

Visuel : ©Simon Gosselin


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: