Avignon Off : « L’avalée des avalés » au Petit Louvre de Réjean Ducharme

14 juillet 2018 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Le texte L’avalée des avalés, du grand écrivain canadien Réjean Ducharme est mis en scène par Lorraine Pintal et interprété en principal par Sarah Laurendeau. Une découverte en Avignon OFF.

L’action du roman (ce fut le premier roman à succès de Réjean Ducharme) se situe pendant les  années soixante. Bérénice Einberg, l’héroïne, et son frère Christian, qui rêve de devenir lanceur de javelot, sont mis dès leur jeune âge au cœur du conflit conjugal de leurs parents. Bérénice, enfant précoce et fantasque impressionne par sa lucidité. Les parents ont convenu que Bérénice sera éduquée dans la foi juive et que Christian sera éduqué dans la foi catholique. Chaque parent instrumentalise les enfants pour tenter de blesser son conjoint. Comme une riposte, Bérénice portera pour Christian un amour sans limites. Pour la punir et mettre fin à cet amour rebelle et démesuré, son père envoie Bérénice en pension à New York chez un oncle juif très orthodoxe, et enfin en Israël, où l’action se termine tragiquement en plein cœur du conflit armé.

L’Avalée des avalés s’enfonce donc dans les conflits familiaux âpres et dévastateurs. La langue est verte, car les mots se veulent crus pour nous inciser les douleurs. « Tout m’avale », scande la narratrice. C’est terrible et si nous rions beaucoup, c’est que nos rires sont des exutoires de la férocité de l’histoire.

Il fallait une troupe talentueuse pour résister à ce texte, pour réussir à en restituer l’esprit en même temps que l’énigme. Sarah Laurendeau est impressionnante, elle saisit son public d’un bout à l’autre. Tandis que Louis Marleau est très juste et Benoit Landry irréprochable.

Une pièce dérangeante, contribuant à faire découvrir la plume du regretté Réjean Ducharme.

L’Avalée des avalés
de Réjean Ducharme
PETIT LOUVRE (VAN GOGH)
23, rue Saint Agricol 84000 Avignon
12h50
durée 1h10.

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à découvrir ici.

visuels © Yves-Renaud