[Avignon OFF] « La Pensée » d’Andreiev au Nouveau ring

21 juillet 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Un homme ressent le besoin compulsif de tuer son meilleur ami. Pourquoi? D’abord parce que cet ami a une vie inutile et vaine. Pire, son projet exige que l’épouse sache que c’est lui l’assassin. Il singera la folie pour commettre son crime dans une fausse bouffée délirante. Mais est il vraiment sain d’esprit?

Un décor minimaliste, un mur gris, un néon, une porte close, notre homme déambule, chaussures sans lacets sur un grillage métallique. L’ambiance est froide, glaciale même et nous sommes pris à parti. Nous devenons l’assemblée d’experts qui va attester si cet homme est fou.

Saisis par la logorrhée du docteur Kerjentsev enfermé dans sa cellule nous sommes invités à nous promener dans sa psyché chancelante, froide comme le décor et à cause de cette fragilité le long de paroles rigides ou paradoxales, fortes toujours, manipulatrices, embarrassantes et déconcertantes souvent et vraies toujours, d’une vérité clinique du psychotique se refusant à la folie tout en s’y parant comme d’une chaude cuirasse.

Le texte de Andreiev pourchasse la question de la folie et de la manipulation. Le travail et le talent de Olivier Werner (magnifique interprète de ce radical obsessionnel flirtant avec la folie, il a aussi assuré l’adaptation et la traduction de la pièce.) complètent notre expérience où le texte nous piège et en se refermant sur nous n’éteint ni notre curiosité malsaine ni cette inattendue empathie teintée de pitié et de répulsion pour l’assassin et pour son double fou.

Un seul en scène dont on ne sort par indemne, à voir et à revoir.

 

La Pensée
D’après une nouvelle de Leonid Andreïev
Traduction, adaptation, conception et jeu Olivier Werner
Aide à la traduction Galina Michkovitch
Direction d’acteur Urszula Mikos
Scénographie Jan Crouzet
Lumières Kévin Briard
Durée : 1h40

Festival Off d’Avignon – Le Nouveau ring à 12h10

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: