Antoine m’a vendu son destin/Sony chez les chiens

27 février 2017 Par
Marianne Fougere
| 0 commentaires

Dédale textuel troublant, la pièce de Dieudonné Niangouna déploie une poétique bruyante et accidentée qui, à force de mots, risque d’être inaudible.