On a rencontré Vincent Renaud, le chef d’orchestre de l’édition 2018 d’Opéra en plein air !

20 juin 2018 Par
Lucile Brusset
| 0 commentaires

Opéra en plein Air revient pour la 17e année consécutive avec Carmen ! Le concept ? Mettre en scène un opéra dans les plus beaux sites patrimoniaux de France avec pour but de favoriser l’insertion professionnelle de jeunes artistes lyriques et de promouvoir l’opéra auprès de tous les publics. Cette année, le célèbre opéra de Bizet sera mis en scène par le cinéaste Radu Mihaileanu. A quelques jours de la seconde représentation au Château du Champ de Bataille en Normandie, nous avons rencontré Vincent Renaud, chef d’orchestre de cette édition 2018 qui s’annonce encore une fois très prometteuse…

vincent-renaud

Est-ce la première fois que vous dirigez une édition d’Opéra en plein Air? Si oui, pourquoi avoir accepté, en quoi ce projet vous tient-il à cœur ?

Vincent Renaud : C’est effectivement la première fois que je suis invité à diriger une production d’ « Opéra en plein Air ». Le choix de l’œuvre, en l’occurrence Carmen qui est un monument du patrimoine musical et culturel français, ne peut être plus motivant. Le concept même d’ « Opéra en plein Air » est aussi un facteur déterminant car il contribue à ce que la musique et les voix viennent à la rencontre d’un public n’ayant pas forcément accès au genre opératique et cela dans des lieux d’exception. A l’heure où la Culture peut parfois être malmenée par de réelles contraintes économiques, il me semble important de promouvoir ce type d’événement.

Vous avez déjà collaboré avec bon nombre de metteurs en scène célèbres (Olivier Py, Laurent Pelly, Christophe Honoré, etc), comment s’est effectuée votre collaboration avec Radu Mihaileanu ?

Vincent Renaud : La rencontre avec Radu s’est faite dans la plus grande simplicité, chacun respectant le travail de l’autre. Je connaissais bien évidemment sa filmographie et son attachement particulier à la musique et à la liberté. Carmen ne pouvait donc être un choix plus adapté à ses thèmes de prédilection. Nous avons réussi à collaborer en bonne intelligence, faisant tous deux des compromis selon les besoins et échangeant beaucoup sur le visage que nous voulions donner à cette production. Merci Radu, car comme chacun le sait, la collaboration metteur en scène – chef d’orchestre n’est pas toujours aussi facile !

C’est la 2e fois que Carmen est mise en scène lors d’une édition d’ « Opéra en Plein air » (1ère fois en 2010 sous la direction de PPDA), pourquoi cet opéra? Avez-vous déjà eu l’occasion de le diriger?

Vincent Renaud : Pourquoi Carmen ? Ce choix appartient bien évidemment à la direction d’ « Opéra en plein Air ». Mais il me semble évident que ce choix ne peut être que le bon. Comment ne pas se réjouir d’entendre un opéra français en France, qui plus est l’opéra français le plus donné au monde avec ses mélodies passées dans l’inconscient collectif. Qui ne pourrait siffloter le Prélude, l’air du Toréador, la Habanera de Carmen ou la Garde montante des enfants? C’est à mon sens l’opéra parfait, que cela soit par son livret ou sa musique. J’aurai donc le plaisir de diriger une production de ce chef d’oeuvre pour la deuxième fois après l’avoir déjà donné en 2015 dans une mise en scène de Diane Clément.

sceaux15062018_teresasuarez_-25

Pouvez-vous nous parler des lieux dans lesquels vont avoir lieu les représentations? Quel est celui à l’idée duquel vous êtes le plus excité de jouer?

Vincent Renaud : Je vous avoue ne pas connaître tous les lieux dans lesquelles auront lieu les représentations. Mais je me réjouis de pouvoir les découvrir ou les redécouvrir pour ceux que je connais déjà. L’idée de pouvoir partager ces moments privilégiés dans ces cadres exceptionnels me réjouit au plus haut point. A vrai dire, je crois être excité de jouer dans tous ces endroits, chacun offrant un cadre magique, une configuration et une acoustique différentes, comme un éternel recommencement pour notre tournée.

« Opéra en plein Air », c’est aussi une opération qui vise à favoriser l’insertion professionnelle de jeunes artistes lyriques, pouvez-vous nous parler de jeunes talents avec qui vous avez la chance de travailler lors de cette édition d’ « Opéra en plein Air » ? 

Vincent Renaud : Le principe même de la tournée d’ « Opéra en plein Air » crée un esprit de troupe sur la production. Et cette troupe vit très bien, que cela soit l’équipe administrative, technique ou artistique. Une certaine légèreté nous est effectivement procurée par la jeunesse de nombre d’interprètes, tous de grande qualité, chez les solistes, le choeur Unikanti ou la Maîtrise des Hauts-de-Seine. Malgré cette jeunesse, l’approche des représentations se fait dans le plus grand professionnalisme. Chacun pourra juger de la grande qualité vocale des différents solistes et artistes qui composent cette jeune production. Je crois pouvoir vous dire sans me tromper que nous retrouverons certaines de ces voix sur les plus grandes scènes internationales d’ici quelques années…

Le lien vers l’événement par ici.

Visuels : ©Affiche de l’événement / ©Images Officielles Opéra en plein Air

[Article Partenaire]