Lisette Oropesa : « Peut-être qu’un jour je deviendrai metteur en scène pour réaliser mes propres visions des rôles » [Interview]

12 septembre 2018 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

La soprano américaine d’origine cubaine est l’une des plus brillantes sopranos légères de la nouvelle génération. Elle vient de triompher dans Lucia di Lamermoor à Londres et à Madrid. Elle sera à l’affiche de l’Opera de Paris en cette rentrée lyrique successivement dans Les Huguenots et L’Elixir d’Amour. C’est dans un restaurant végétarien proche de l’Opera Bastille qu’elle s’est longuement confiée à Toute la Culture pour la première interview en français de sa carrière.

Propos recueillis par Denis Peyrat.

Lisette Oropesa, vous êtes une chanteuse d’opéra atypique : vous vous produisez sur les plus grandes scènes du monde, mais vous courez également le marathon, et vous avez embrassé la cause Végan. Comment faites-vous, et quelle est votre hygiène de vie ?
Je ne cours pas tous les jours, mais en général quatre ou cinq jours par semaine, sauf quand je suis en déplacement ou si je suis trop fatiguée. Je suis heureuse d’être à Paris pour trois mois, je vais pouvoir courir régulièrement, dans les bois ou sur les quais de Seine. Je mange beaucoup car j’ai besoin de beaucoup d’énergie, notamment pour le chant. L’opéra est aussi très physique, maintenant les metteurs en scène demandent beaucoup : danser, sauter, voler, courir… Parfois on me demande beaucoup : pour « Caro Nome » dans Rigoletto une fois on m’avait demandé de monter un escalier et tout de suite après de chanter la cadenza. Je n’accepte pas toujours…
Oui je suis Végane mais même si je suis sensible à la cause animale je suis surtout concernée par les questions d’alimentation. J’ai un régime alimentaire très strict, qui est aussi dicté par certaines allergies. Et c’est cette discipline alimentaire, combinée à la course à pied, qui m’a permis de perdre beaucoup de poids au début de ma carrière.