Le compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez s’est éteint

6 janvier 2016 Par Aurélie David | 0 commentaires

Pierre Boulez, l’un des plus grands compositeurs et chefs d’orchestre français dans le monde musical contemporain, s’est éteint mardi 5 janvier à l’âge de 90 ans, a annoncé sa famille à travers un communiqué diffusé par la Philharmonie de Paris. Retour sur sa carrière.

Par son exigence et sa très forte influence au sein du monde musical, culturel et intellectuel, il a marqué la deuxième moitié du XXe siècle. Pierre Boulez était le défendeur d’une musique nouvelle et rejetait le conservatisme musical établi. Né le 26 mars 1925 à Montbrison (Loire), le compositeur et chef d’orchestre français est décédé mardi 5 janvier à Baden-Baden (Allemagne) à l’âge de 90 ans. Depuis cette annonce, des personnalités lui rendent hommage sur les réseaux sociaux :

Tweet Matthieu Galet Tweet Jean-Marc Morandini

Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication, lui a également rendu un vibrant hommage  à   »une immense  figure de la musique » : « Provocante et secrète, riche de ses révolutions permanentes et de ses affinités électives, l’œuvre de Boulez raconte la quête et l’itinéraire, entre accords et désaccords, d’un enfant du siècle à la recherche d’harmonies nouvelles« . 

Après ses débuts en 1946 avec sa Première sonate pour piano, Pierre Boulez écrit entre 1953 et 1955 Le Marteau sans maître, deux de ses nombreuses œuvres qui connaîtront un grand succès. A partir de 1957, il va diriger pour la première fois plusieurs orchestres, en tant que remplaçant notamment d’Hermann Scherchen (1957), d’Hans Rosbaud (1962) ou d’Hans Knappertsbusch en 1965.

En 1966, il décide de quitter Paris et de s’exiler à Baden-Baden suite à son « coup de gueule » lancé contre le Ministre des Affaires culturelles de l’époque : André Malraux. Celui-ci refuse son plan de réforme de l’Opéra de Paris en lui préférant celui de Marcel Landowski. Pour autant, Pierre Boulez est loin de se faire oublier. En 1969, il devient Chef principal de l’Orchestre symphonique de la BBC. La même année, il traverse l’Atlantique pour devenir le Chef invité principal de l’Orchestre de Cleveland aux Etats-Unis. A partir de 1971, il dirige l’Orchestre philharmonique de New-York.

Sur une demande du président français de l’époque, Georges Pompidou, Pierre Boulez revient en France en 1976 pour y fonder l’Ensemble intercontemporain (EIC). L’année suivante, il fondera également l’Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (IRCAM). En 1985, il alterne entre l’Europe et l’Amérique pour diriger l’Orchestre symphonique de Chicago. Outre ses casquettes de compositeur et chef d’orchestre, Pierre Boulez est également un grand théoricien et pédagogue. De 1976 à 1995, il donnera des cours au Collège de France.

Pierre Boulez est également à l’origine de deux autres institutions musicales : la Cité de la musique inaugurée en 1995 et la Philharmonie de Paris lancée en 2015. Cette dernière a consacré toute une exposition, au Printemps 2015, à Pierre Boulez, retraçant ainsi toute son œuvre et sa carrière d’exception. Voir notre article sur l’exposition.

Visuel : couverture d’album


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: